Etats-Unis

Prix de thèse de l’Addes : l’essor des recherches en gestion et sous contrat Cifre

Pour clore la quatrième édition de ce forum, l’ensemble des représentants de l’ESS, des gouvernements locaux et régionaux, de réseaux et d’autres partenaires se sont engagés dans une résolution en plusieurs points :
• poursuivre la coconstruction et le co-développement de politiques publiques et affirmer le rôle central que joue chacun d’entre nous pour surmonter les principaux défis auxquels sont confrontées nos villes et communautés ;

New Era Windows : l'autogestion à la rescousse de l'industrie à Chicago

« En 2008, le patron a décidé de fermer notre entreprise de fenêtre à Goose Island (Illinois, États-Unis) et a mis à la porte tout le monde. En 2012, nous avons décidé d’acheter l’entreprise et de licencier le patron. Nous détenons ensemble l’usine et la dirigeons démocratiquement. Voila notre histoire… », peut-on lire sur le site internet de New Era Windows, une entreprise de vente de fenêtre pas comme les autres. Récit d’une reprise en main par les salariés de leur outil de travail, par P. Le Tréhondat, pour Association autogestion . Ou le triomple de 250 salariés syndiqués après 4 ans de lâchage bancaires et d'opérations spéculatives sous égide Démocrate. 

Le community Land Trust

Quoi ? Une structure de propriété collective qui acquiert et gère du foncier pour développer de l'immobilier abordable. Qui ? Les habitants, la collectivité et le Community Land Trust. Quand ? Depuis plus de 40 ans aux Etats-Unis. Où ? Aux Etats-Unis d'abod, en Angleterre, en Belgique...

Hamon défend les services publics face à la "Big Society" de Cameron

En visite à Londres jeudi 6 juin, le ministre de l’Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon, y représentait fièrement la France au très select «Social Impact Investment Forum» organisé par le gouvernement de David Cameron, dans le cadre du G8 britannique. Un raout réunissant au somptueux siège européen de l’agence financière Bloomberg. [...] Toutes proportions gardées, c’est un peu comme si le mouvement coopératif choisissait une salle des marchés high-tech de la Défense pour y organiser son congrès annuel. Un article de Christophe Alix pour Libération

Un numéro de Yes Magazine consacré aux coopératives aux Etats-Unis d'Amérique

Le magazine indépendant Yes consacre son numéro du printemps 2013 à la coopération nord américaine : "comment les coopératives sont le moteur d'une nouvelle économie". Au sommaire : un éditorial "the cooperative way" qui souhaite aux enfants de grandir dans un environnement coopératif, un article sur la Green worker cooperative's Co-op Academy du Bronx, sur les Credits Unions ("Bid dividends for your community"), un historique de l'électrification du sud du pays par les coopératives, sur les mutuelles de santé ("vous n'aimez pas les compagnies d'assurances? créez la vôtre !"). Bref un beau numéro, riche et instructif, d'un magazine soutenu par Danny Glover : l'arme fatale coopérative d'une nation qu'on a tôt fait de juger ici, à tôrt, comme exclusivemnet libérale et capitaliste.

Etats-Unis : Sally Jewell, directrice de la coopérative REI à la tête du Département de l’intérieur

La Recreational Equipment Inc. (REI) est une des plus grandes coopératives de consommateurs des États-Unis avec 127 magasins dans 31 États. L’entreprise emploie près de 10 000 personnes, réalise un chiffre d’affaires de $1,8 milliards et est classée 8e parmi les 100 meilleurs employeurs du pays en 2011. Sa directrice Sally Jewell, vient d'être nommée par le président Obama à la tête du Département de l’intérieur des États-Unis, l'administration qui gère les terres appartenant à l’État fédéral à travers le pays (exception faite des réserves indiennes), soit près de 20% du territoire américain : 476 barrages, 28% de la production nationale d'électricité, 346 réservoirs d’eau, 388 parcs nationaux, des sites de bord de mer, 544 refuges nationaux d’animaux sauvages. 

"Pratiques du don. La philanthropie en France et aux États-Unis", La Vie des idées

On a longtemps opposé les modèles de philanthropie français et américain. Pour les quatre chercheurs (Anne Bory, MCF en sociologie à Paris I ; Nicolas Guilhot, CNRS; Sabine Rozier, MCF science politique à Paris Dauphine; Olivier Zunz, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Virginie) conviés à débattre par la Vie des idées, cette opposition, trop rapidement ramenée à celle entre marché et État, ne tient plus. La France, comme les États-Unis, a encouragé, certes selon une chronologie décalée et conformément à des motivations différentes, la philanthropie privée, que celle-ci prenne la forme du don, du volontariat ou du bénévolat. Aujourd’hui, la puissance publique n’a plus le monopole de l’intérêt général, et les différences entre logiques philanthropiques, entrepreneuriales et gouvernementales tendent à s’estomper.

Etats-Unis d'Amériques: de nouveaux statuts pour l'entrepreneuriat social

Aux Etats-Unis, les entrepreneurs sociaux ne sont pas les mieux armés pour défendre les spécificités de leurs entreprises. La législation en vigueur dans la plupart des Etats est en effet peu adaptée à l’intégration d’objectifs sociaux aux activités des entreprises et la loi autorise même les actionnaires à poursuivre les dirigeants d’entreprises s’ils estiment que ceux-ci ont failli à leur tâche dans la maximisation des profits. Un article de Convergences 2015.