Scop

Coopération agricole de production, journées d’étude, Paris, 4 septembre 2012

Au travers de l’organisation d’un cycle de trois journées d’étude, la FNCuma (Fédération nationale des coopératives d'utilisation de matériel agricole) cherchera à répondre aux questions suivantes : Comment définir aujourd’hui la coopération agricole de production ? Quels sont les éléments de contexte qui influenceront demain la coopération agricole de production (politiques publiques, démographie agricole, évolution des marchés agricoles, évolution des stratégies d’entreprises, …) ? Comment approcher les plus-values économiques, sociales et/ou environnementales de la coopération agricole de production ? Quelles sont les préconisations à formuler pour développer la coopération agricole de production, en direction des pouvoirs publics (réglementation, fiscalité, financement…) comme des organisations agricoles (conseils, compétences …) ?

Ces journées sont ouvertes à toute personne intéressée, sur inscription (gratuite)

Campus coopératives, école internationale d'été des jeunes créateurs de coopératives, Poitiers, 2-14 juillet 2012

Campus Coopératives est la première école d’été dédiée aux jeunes créateurs de coopératives en France. Il s’agit d’une formation intensive de deux semaines. Intensive puisque chaque participant réuni en groupe de 4 à 6 personnes aura deux semaines pour collecter les outils pour la création d’une Scop ou d’une Scic. Ce sont de longues journées de travail qui attendent les participants, oxygénées par 6 séances sportives et ponctuées par des moments festifs et culturels.

"La Scop Créaweb, la figure d’un entreprendre autrement" par Cécile Dauvel

2e Prix 2011 de la recherche coopérative organisé par le Crédit Mutuel et la Recma. Master 1 en sciences politiques de Lille II.

INTRODUCTION

Chapitre 1 Historique du mouvement coopératif: un mouvement engagé, entre rapprochement et mise à distance des courants socialistes.

I. Les utopistes et les pionniers: des bases communes avec le socialisme malgré une affirmation progressive d'un mouvement autonome

"Renouveler et développer le modèle de la coopération de production : questions autour de l’identité et des groupements coopératifs" par Pascal Pény

1er Prix 2011 de la recherche coopérative  organisé par le Crédit Mutuel et la Recma. Master 2 en sciences de gestion de l’Université de la Méditerranée.

Introduction

I. L'identité coopérative en question : définition, pratiques et conditions de renouvellement.

I.1 Les fondements : définition, valeurs et principes.

I.2 Analyse de l'identité des coopératives de production.

I.3 Crise identitaire : dynamiques et pratiques coopératives actuelles.

"L’économie sociale gagne du terrain là où l’Etat recule", dans « Le Monde Economie » du 1er novembre

A l'occasion du lancement du 4e mois de l'ESS, le Monde économie a consacré un intéressant dossier au secteur. La présentation du dossier affirme heureusement la nécessité d'inverser la logique du titre (voir notre réaction à la lettre adressée récemment aux décideurs politiques "L'urgence d'une autre économie")

"Droit de préemption pour les salariés en cas de cession de leur entreprise", rencontre Ap2E, Paris, 2 février 2012

Une première rencontre organisée par l'Ap2E- Agir pour une économie équitable  sur le thème «droit de préemption des salariés en cas de cession de leur entreprise» a été organisée le 27 octobre 2011. A la suite des observations adressées lors de cette rencontre, ses initiateurs ont modifié le projet de loi proposé. Une prochaine rencontre est prévue le 2 février à Paris. 

Rapport et proposition de loi Warsmann : développer les SCOP et les SCIC

Le député UMP des Ardennes, Jean-Luc Warsmann, a remis le 6 juillet au président de la République son rapport destiné à simplifier la vie des entreprises dans lequel il a formulé 280 propositions de réformes à l’issue d’un important travail de consultation. Dans la continuité de ce rapport, Jean-Luc Warsmann a déposé le 28 juillet dernier une proposition de loi pour porter certaines des mesures de nature législative. D’autres pourront être intégrées dans les lois de finances ou de financement de la sécurité sociale. S’agissant des mesures réglementaires, "il appartiendra au gouvernement de les mettre en œuvre", précise le député.Parmi les points intéressant particulièrement le développement de l’économie sociale et solidaire, l’article 23 de la proposition de loi comporte un ensemble de mesures destinées à améliorer le fonctionnement et à renforcer l’attractivité des SCOP et des SCIC, qui reprend plusieurs propositions faites par la Confédération générale des SCOP. Elle propose également de supprimer complètement l’agrément préfectoral dont font l’objet les SCIC et elle actualise la définition des excédents nets de gestion. 

SCOP CÔTÉ NATURE BIO : UN EXEMPLE COOPÉRATIF CONFRONTÉ AUX RÉALITÉS DU MARCHÉ DANS UNE ÉCONOMIE PLURIELLE EN DEVENIR

L’exemple de Côté nature bio (CNB), petite entreprise roannaise spécialisée dans la fabrication de vêtements en coton biologique issu du commerce équitable, illustre la diffi culté qu’éprouvent les coopératives, dans une économie plurielle, à ne pas négliger leur performance économique (dérive militante, risque de faillite) et, concomitamment, à ne pas délaisser leurs objectifs politiques (dérive économiciste, risque de banalisation).

Numéro de revue: 
321
Année de publication: 
2011
Fichier attachéTaille
PDF icon recma321_050061.pdf148.91 Ko
Auteur(s): 
Jacques Poisat, Daniel Goujon et Jean-Luc Mieszczak

"La coopération de production, pour quel projet économique et social ?" Par Camille CITERNE

Camille Citerne - Université de Haute Alsace - Master 2 Ingénierie de projets en Économie Sociale et Solidaire , 2e prix ex-aequo 2010 de la Recherche coopérative, organisé par le Crédit Mutuel et la Recma.

Au sein de l'économie sociale et solidaire, seules les coopératives de production posent, à travers leur imaginaire et leurs pratiques, la question de la propriété privée collective de l'outil de production par les travailleurs.

La loi sur les Sociétés Coopératives de Production, adoptée en 1978 puis révisée en 1992, dote le mouvement coopératif d'un cadre juridique favorable ; elle s'inspire des principes et idéaux coopératifs, comme la double qualité, la gestion démocratique de l'entreprise et l'impartageabilité des réserves, tout en offrant un cadre performant pour des entreprises ancrées dans une économie capitaliste.

Nous avons cherché à comprendre, dans ce contexte, quels rapports les SCOP actuelles entretenaient avec l'"utopie-ration" d'Henri Desroche, c'est-à-dire ce moteur quotidien d'un militantisme coopératif concret.

L'enquête menée auprès des SCOP du Grand Lyon montre qu'aujourd'hui le choix du statut coopératif est souvent le résultat d'une conjoncture : ultime solution pour reprendre l'entreprise, statut intervenant par défaut d'esprit d'entreprendre ou forme juridique héritée d'une autre équipe. Parfois, mais rarement, le choix de la SCOP est le fruit de l'imaginaire séduisant qu'elle a su représenter à un moment à ses créateurs. L'héritage coopératif est vécu comme un cadre d'entreprise participatif, avantageux pour les salariés. Mais l'organisation du travail et de la prise de décisions restent classiques et les relations inter-coopératives faibles. La fonction créatrice de l'utopie coopérative ne se réalise que marginalement au sein des SCOP, quand des formes de coopératives multisociétaires, telles que les Coopératives d'Activités et d'Emploi (CAE) ou les Sociétés Coopératives d'Intérêt Collectif (SCIC) viennent renouer avec la notion de métier, l'éducation à la coopération, l'utilité sociale ou le développement local.