Québec

ESS et mutations organisationnelles

Avec la crise de l’économie capitaliste et l’intensification de la concurrence, on observe le renforcement de l’impératif d’efficacité pour les organisations de l’économie sociale et solidaire. Comment adaptent-elles ce principe d’efficacité, selon quelles mutations organisationnelles et quels processus? Groupes sectoriels intégrés? Mutualisation? Elargissement des parties prenantes? Ancrage dans les territoires? Nous identifions trois types de mutations organisationnelles. Leur objectif principal reste toujours la réponse à la concurrence, mais elles le combinent avec un objectif secondaire : la logique d’intégrationconcentration et la logique de filière-diversification pour favoriser la croissance, la mutualisation pour préserver l’autonomie et l’élargissement des parties prenantes pour mutualiser les ressources dans le cadre d’une offre de services relationnels renouvelée.

Numéro de revue: 
325
Année de publication: 
2012
Fichier attachéTaille
PDF icon recma_325_036047.pdf556.04 Ko
Auteur(s): 
Nadine Richez-Battesti et Marie-Claire Malo

Journée ESS de la chaire de l’Université Paris Est Marne la Vallée, 28 septembre 2012

La chaire d’économie sociale et solidaire de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée organise une journée ESS avec son festival « Vidéos solidaires » sur le site Descartes (Bât. Copernic, Champs-sur-Marne) le vendredi 28 septembre 2012 de 10h30 à 17h30. Cette journée commencera par une conférence de Marie J.

Économie sociale - Des jeunes du Québec et d'ailleurs à Rio+20

Du 15 au 24 juin, une délégation de 16 jeunes impliqués en économie sociale se rendra à Rio de Janeiro, au Brésil pour participer à la conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20. Précisément huit Québécois, quatre Français, deux Belges francophones et deux Brésiliens composent la délégation. Et en France, qui se soucie de mobiliser la jeunesse sur ces enjeux (à part les RMB, et encore de manière non spécifique, les RMB représentant exclusivement les dirigeants d'aujourd'hui de l'ESS) ?

Québec: représentants de l'ESS, universités et gouvernement lancent leur "pôle territorial de développement économique"

Alors que plusieurs réseaux d'ESS (RTES, CNCRES, Coorace, Labo de l'ESS...) oeuvrent à la mise en place de "pôle territoriaux de développement de l'ESS" (qu'on les appelle ainsi au RTES  ou qu'on parle d'Ecosens pour le CNCRES) lLe ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Sam Hamad vient d'annoncer la naissance d'un nouvel organisme de liaison et de transfert en innovation sociale appelé "Centre de transfert des innovations sociales en économie sociale et solidaire dans le développement des territoires (CTISESS-DT)". Créé par un consortium formé du Chantier de l'économie sociale, du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), de l'Institut Karl-Polanyi (Université Concordia) et du Service aux collectivités (SAC) de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), ce centre a pour mission de contribuer au développement des territoires en transférant à l'ensemble des collectivités locales du Québec, des innovations sociales qui se rattachent à l'économie sociale et solidaire (ESS). Ce centre bénéficiera d'un soutien financier pour les deux premières années. Le montant accordé pourrait atteindre 750 000 $ par année et il provient de la Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation (SQRI) 2010-2013.

Le capitalisme en crise, quelle réponse des coopératives?

Le présent numéro de la Revue vie économique, sur le thème Le capitalisme en crise, quelle réponse des coopératives ?, veut explorer ce qui est en train de changer au sein de ce mouvement aujourd’hui : 1) une plus forte internationalisation ; 2) une distance critique du capitalisme qui avait été remisée depuis un bon moment ; 3) sa légendaire neutralité politique de plus en plus questionnée ; 4) le virage écologique de certains réseaux à la faveur de Rio+20, etc. Sommes-nous à la veille d’un important tournant ? Les sujets dont nous avons invité un ensemble d’auteurs (chercheurs ou praticiens) à traiter sont :

"Coopérer pour le changement", colloque de recherche, 24-27 juin, Montréal (Québec)

Dans le cadre du congrès annuel du Conseil canadien de la coopération et de la mutualité (CCCM) et l'Association des coopératives du Canada (ACC) qui aura lieu les 24-27 juin à Montréal (Québec), sous le thème de "l'Année internationale des coopératives. Les coopératives, des entreprises pour un monde meilleur.", est organisé un colloque sur la recherche et les études en coopération: "Coopérer pour le changement. L'Année internationale des coopératives".

Québec: le mouvement coopératif prend il position dans la mobilisation actuelle ?

Bien que de façon générale les coopérateurs soient très empathiques à l'égard du mouvement voire même souvent très engagés dans ce «printemps québécois», et qu'aucun représentant du mouvement coopératif ne se soit prononcé pour la hausse des frais de scolarité, le dossier ne trouve pas de point d'ancrage politique dans les instances, et passe inaperçu car les enjeux dont discute le mouvement sont souvent des enjeux internes. Recueils de témoignages, présenté par Nicolas Falcimaigne, président d'une Coopérative de journalisme indépendant.

Les réseaux d’échange de proximité au Québec. Bilan d’une enquête statistique

Cet article expose les résultats d’une enquête menée en 2008 auprès de 389 adhérents à douze réseaux d’échange de proximité (REP) québécois. Après avoir présenté ces REP dans leurs dimensions organisationnelle et institutionnelle et décrit le profil de leurs membres, les auteurs montrent, données statistiques à l’appui, en quoi la condition socioéconomique des adhérents vient moduler le lien d’usage entretenu avec le réseau. En effet, si les REP québécois accueillent une diversité de personnes et répondent à des attentes multiples, notre analyse révèle que le genre, l’âge, la scolarité et le niveau de revenu des adhérents sont associés, sur le plan statistique, aux motifs d’adhésion, à l’appréciation du REP et aux retombées perçues. On constate aussi que plus fort est l’engagement des adhérents dans leur REP, plus grandes sont la satisfaction à son égard et les incidences qu’on lui attribue.

Numéro de revue: 
324
Année de publication: 
2012
Fichier attachéTaille
PDF icon recma324_bouliannecomeau_035052.pdf575.66 Ko
Auteur(s): 
Manon Boulianne et Yvan Comeau

Les apports de deux dispositifs de monnaies sociales, le SOL et l’Accorderie, au regard des enjeux du développement local soutenable

On assiste depuis les années 2000 à une multiplication des dispositifs de monnaies sociales. Elles s’inscrivent dans les initiatives citoyennes qui cherchent à répondre aux problématiques du développement soutenable. Nous verrons ainsi comment les monnaies sociales, et plus particulièrement les dispositifs de l’Accorderie et du SOL alpin, peuvent être des outils au service du développement local soutenable. Pour ce faire, nous soulignerons l’apport de trois objectifs des monnaies sociales (la territorialisation des activités, la dynamisation des échanges et la transformation des pratiques, des modes de vie et des représentations sociales) au développement local soutenable.

Numéro de revue: 
324
Année de publication: 
2012
Fichier attachéTaille
PDF icon recma324_fare_053069.pdf665.17 Ko
Auteur(s): 
Marie Fare