emploi

Québec : Le milieu coopératif et mutualiste, une force indéniable de l’économie sociale (étude Desjardins)

Le volume 21 de Perspective, la revue d'analyse économique des Caisses Desjardins fait le point sur l'évolution des coopératives non financières au Québec entre 2004 et 2008 (1 514 coop. de consommateurs, 295 de producteurs, 253 de solidarité, 183 de travailleurs, 54 de travailleurs actionnaires), par secteur d'activité (habitation, de loin les plus importantes; agroalimentaire, santé...), par emploi (dominé par l'agroalimentaire et la foresterie), le nombre de membre (domination de la coopérative scolaire, suivi par la coop.funéraire et d'alimentation) et volume d'actif (dominé par l'agroalimentaire puis le secteur de l'habitat).

Forum des métiers, de l'emploi et de la formation en ESS, Poitiers, 8 décembre 2011

Le 1er "Forum des métiers, de l'emploi et de la formation en l'économie sociale et solidaire" se déroulera le 8 décembre 2011 de 10h à 18h à la Maison des Étudiants. Pour tous les étudiants quelque soit leur filière ce forum sera l'occasion de connaitre les métiers et les secteurs d'activité qui portent cette "autre économie". Plusieurs espaces seront dédiés aux échanges (conseils, témoignages...) et leur donneront la possibilité de rencontrer des professionnels issus de nombreux domaines.

ESS : 1 salarié sur 4 à la retraite d'ici 2020

Enfin, si l'âge de la retraite ne passe d'ici là à 72 ans avec 50 ans de cotisation... L’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire porté par le Conseil national des Chambres régionales de l’économie sociale et solidaire (CNCRES) publie, grâce au soutien de l’Association des Régions de France, la Caisse des Dépôts, la Mutuelle CHORUM et la Fondation Crédit Coopératif,  une étude sur les « départs en retraite de

4e forum de l'emploi et des métiers dans l'ESS en Rhône-Alpes, Lyon 25 nov 2011

Au regard de ses 2 millions d’emplois, répartis dans 215 000 établissements employeurs, l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) joue un rôle central dans l’économie française. En région également, le secteur est en développement, puisque l’ESS, véritable vivier d’emplois, d’insertion et de création d'activité qui attire de plus en plus de candidats, soucieux de concilier travail et valeurs personnelles / de donner du sens à leur travail, représente 10% de l’emploi salarié rhônalpin (source : Panorama de l'économie sociale et solidaire 2010).

La place du secteur associatif et de l’action sociale dans l’économie

La place du secteur associatif et de l’action sociale dans l’économie. Deux dimensions de la vie sociale à l’aune des comptes nationaux. Par Mélanie Vanderschelden, division Synthèse générale des comptes, Insee

Les institutions sans but lucratif au service des ménages employaient 900 000 personnes en 2008, soit 3 % de l’emploi total. Elles ont versé 23 milliards d’euros de rémunérations et acheté pour près de 17 milliards d’euros de biens et services (y compris investissement). Ce faisant, elles ont produit et distribué gratuitement ou presque des services pour un coût de 40 milliards d’euros. La moitié de ces services relève d’activités d’enseignement et d’activités récréatives, sportives et culturelles, l’autre moitié relève de l’aide aux personnes handicapées et en difficulté. Mais la production d’action sociale correspond plus généralement à l’aide à l’ensemble des personnes fragiles ; elle s’élève en France à 62 milliards d’euros, car elle est aussi le fait d’autres acteurs de l’économie et couvre aussi d’autres publics, en particulier les personnes âgées. Les bénéficiaires, hébergés, accueillis à la journée ou pris en charge à domicile, financent 30 % du coût de l’action sociale.