Cgscop

L’enquête de la CG Scop : retour sur une année de pandémie

Les rapports sur l’impact de la crise sanitaire sur les coopératives se succèdent. Concernant les Scop et les Scic, une enquête menée par la CG Scop en janvier  2021 auprès de ses adhérents livre les résultats suivants : le chiffre d’affaires de l’année 2020 a baissé pour deux tiers des répondants ; 84 % des Scop et des  Scic ont demandé des aides d’urgence et 89 % ont dû recourir à l’activité partielle ; 42 % ont opté pour le report de paiement des charges sociales.

Les CAE se fédèrent

Un quart de siècle après l’émergence du modèle de la coopérative d’activités et d’emplois (CAE), les quelque 150 CAE existantes se rassemblent au sein d’une fédération fondée le 1 er décembre 2020 au sein du mouvement Scop. Rappelons qu’une CAE peut être constituée sous forme de Scop (société coopérative et participative) ou de Scic (société coopérative d’intérêt collectif). Cette structure fédérale devrait constituer un levier essentiel pour le développement et l’activité des CAE, qui hébergent plus de 12 000 entrepreneurs.

Vers un rapprochement entre ESS et communs en faveur de la société du numérique

Selon l’économiste Daniel Cohen, la crise sanitaire apparaîtra peut-être comme « le point d’inflexion du passage du capitalisme industriel au capitalisme numérique » (Le Monde, 3 avril 2020). La période de confinement face au Covid-19 a certes marqué une intensification des pratiques numériques pour tous, mais quels seront les modèles et les soubassements d’une telle évolution ?

Quel impact du confinement sur les coopératives ?

Les Scop et les Scic ont été particulièrement impactées par l’arrêt des activités durant la crise sanitaire, selon une enquête flash menée par la CGScop et à laquelle ont répondu près d’un quart des coopératives. 79 % d’entre elles ont fait appel aux aides d’urgence mises en place par le gouvernement et par des organisations, dont la CGScop. Cette évaluation était nécessaire pour définir les mesures d’accompagnement à la reprise d’activité de ces coopératives.

Lire François Espagne

En tête de cet éditorial, je salue la mémoire de François Espagne qui nous a quitté le 30 novembre 2019. L’ancien secrétaire général de la Confédération générale des sociétés coopératives ouvrières de production (CG Scop) était l’un des meilleurs spécialistes de la coopération de production, qu’il a analysée sous les angles historique, juridique et doctrinal.

Promotion des Scic sportives

La pratique populaire du sport en France s’est développée depuis le début du XX e siècle dans le cadre de la loi 1901 sur les associations à but non lucratif. Le lien entre l’ESS et le sport populaire devrait encore se renforcer avec l’impulsion récemment donnée au modèle Scic (société coopérative d’intérêt collectif). À l’occasion de l’événement « Rencontre des solutions sport et ESS », organisé par le ministère des Sports le 2 juillet à Saint-Denis, ce dernier a lancé une plateforme Internet « Scic ou pas Scic dans le sport ».

Les Ciap, ou comment démarrer dans la profession d’agriculteur par la voie coopérative

Les coopératives d’installation en agriculture paysanne (Ciap) sont apparues en 2012 dans le département de la Loire-Atlantique avant de s’étendre dans l’ensemble de la région. Depuis 2017, elles sont fédérées au sein de la Scic Ciap PDL (Pays de la Loire). Ce modèle, fondé dans la mouvance de la Confédération paysanne, vise à accompagner l’installation en agriculture de porteurs de projets non issus du milieu agricole.

Scop et Scic poursuivent leur progression

Fin mai, la Confédération générale des Scop a publié un bilan qui atteste de la bonne santé du secteur coopératif. En 2018, les emplois dans les Scop et les Scic ont progressé de 4,5 % par rapport à 2017, ce qui porte leur nombre total à 60 400. La même année, ont été fondées 300 nouvelles Scop (dont près d’une sur deux dans le secteur des services) et 868 Scic. Le modèle Scic, qui associe des parties prenantes de natures diverses (salariés, clients, usagers, collectivités