éducation populaire

Educ’pop’ en fête! lancement le 19 juin

La campagne 100% Educ’ pop’ lancée en juin 2011, se poursuit avec Educ’ pop’ en fête, un ensemble d’initiatives visant à promouvoir l’éducation populaire autour d’une action ludique et participative : le puzzle Educ’ pop’. L’évènement de lancement aura lieu le 19 juin 2012 et sera l’occasion d’une prise de parole des associations de jeunesse et d’éducation populaire au lendemain des élections présidentielle et législatives et de positionner ainsi l’éducation populaire comme un enjeu central de la mandature à venir.

L'ESS au gouvernement: les périmètres des différents ministères

L'ESS dispose bien d'un ministre délégué, rattaché au ministère de l'économie. Benoit Hamon, travaillera en étroite collaboration avec le ministère de la vie associative, notamment en matière d'emploi et de formation professionnelle. Les coopératives sont en tant que telles absentes de l'organigramme ministériel (même si Arnaud Montebourg au redressement productif, notamment en pleine problématique Scop entre Fralib et Seafrance, "participe à la définition de la fiscalité des entreprises et de la politique de financement des entreprises" et "est associé à la définition et à la mise en œuvre de la politique dans le domaine des industries agroalimentaires et forestières" où les coopératives sont nombreuses). Le monde de la complémentaire santé mutualiste relève du ministère des affaires sociales et de la santé, qui participera avec le ministère de l'ESS aux politiques d'insertion. Ensemble, avec le ministère du travail, ils prépareront la loi de financement de la sécurité sociale.

L’éducation populaire au tournant du XXIe siècle, Créteil , 16-18 nov 2011

Le département économie de l'Université Paris Est - Créteil organise les 16, 17 et 18 novembre 2011 un colloque autour de la question de l'éducation populaire. Il y a dix ans, un ouvrage collectif avait dressé un bilan des transformations de l’éducation populaire au tournant des années 1970 et souligné les mutations opérées à la faveur de sa reconnaissance par l’État. L’introduction y affirmait que les associations s’étaient trouvées « instrumentalisées » et que l’éducation populaire s’était « dépolitisée » car son projet originel et global avait « disparu » au profit d’actions segmentées (animation, action culturelle et éducation permanente).

Guide pratique "Accompagner les groupements d’employeurs associatifs" (Sport, Animation, Education populaire)

Le ministère des Sports, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative et l’Avise éditent un tout nouveau guide dédié aux groupements d’employeurs associatifs. Les groupements d’employeurs associatifs permettent de mutualiser des emplois au sein des associations adhérentes au moyen de la mise à disposition de personnel.

Les associations françaises de tourisme social face aux politiques européennes

Depuis 1936, le tourisme social français s’est construit en combinant les soutiens publics et la créativité de militants souvent issus des milieux de l’éducation populaire et d’organisations syndicales ou religieuses. Cette coconstruction paraît aujourd’hui menacée par le projet européen de directive relative aux services. Dans ce contexte, les acteurs du tourisme social et associatif tentent de faire reconnaître le caractère d’intérêt général de leur activité afin de pouvoir conserver un système de réglementations et d’aides spécifiques. Mais l’article montre que la reconnaissance du tourisme social comme SIG, SIEG ou SSIG se heurte au niveau européen à deux difficultés majeures : l’absence d’un droit aux vacances et la prépondérance du tourisme commercial. Ainsi, au-delà des controverses actuelles sur la directive services, le débat de fond concerne l’opportunité d’une politique sociale du tourisme et des vacances, en partenariat avec des associations proposant « un autre tourisme », en termes de population partante, d’activités pratiquées, de répartition des gains, d’intégration territoriale, de préservation de l’environnement et de mode de gouvernance.

Numéro de revue: 
300
Année de publication: 
2006
Fichier attachéTaille
PDF icon 300_030044.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Caire G.

La contractualisation éducative à Clichy-la-Garenne : régulation ou normalisation ?

La décentralisation et l’apparition de nouveaux acteurs dans le champ éducatif, en particulier les associations d’accompagnement à la scolarité, amènent à se poser deux questions : quels sont les champs de compétence et d’intervention de ces nouveaux acteurs? Comment réguler et coordonner les acteurs et les dispositifs ? Dans cette perspective, la contractualisation territoriale est progressivement apparue comme une solution consensuelle. Reste à savoir si cette contractualisation permet la combinaison des performances économique et sociale, ainsi que le respect des caractéristiques identitaires des associations éducatives. L’auteur appuie sa recherche sur une enquête menée auprès des associations éducatives de la ville de Clichy-la-Garenne. Après avoir caractérisé ces structures, l’article analyse les conditions de coopération et de coordination des acteurs locaux, au travers notamment de l’étude du contrat éducatif local clichois, et montre que ce mode de régulation n’est pas sans conséquences pour les associations éducatives.

Numéro de revue: 
289
Année de publication: 
2003
Fichier attachéTaille
PDF icon 289_081094.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Trouvé H.

Gérer et militer : une autre façon d’entreprendre pour les associations éducatives (IIe partie)

Après avoir étudié les patronages et les centres sociaux, François Rousseau poursuit ses travaux sur les associations d’éducation populaire. A travers l’observation de nombreuses associations locales et d’une fédération nationale : la Fédération Léo-Lagrange, cette recherche vise à identifier comment sont gérées les initiatives collectives prises par des militants dans le secteur à but non lucratif. De l’artisan social à l’entrepreneur social, reste-t-il une place pour le projet associatif ? La problématique relevée par les premiers travaux apparaissait comme un noeud gordien : le développement des initiatives éducatives des associations, d’une part, leur reconnaissance par les pouvoirs publics, d’autre part, conduisent à une crise de sens (cf. Recma, n° 279) dans laquelle on ne sait pas qui instrumentalise (**). Cet article prolonge la réflexion en proposant une grille de lecture qui autorise le dépassement du conflit. La première partie de cet aticle a été publiée dans le numéro 286.

Numéro de revue: 
287
Année de publication: 
2003
Fichier attachéTaille
PDF icon 287_085092.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Rousseau F.

Gérer et militer : une autre façon d’entreprendre pour les associations éducatives

"Après avoir étudié les patronages et les centres sociaux, l’auteur de cet article poursuit ses travaux sur les associations d’éducation populaire. A travers l’observation de nombreuses associations locales et d’une fédération nationale : la Fédération Léo-Lagrange, cette recherche vise à identifier comment sont gérées les initiatives collectives prises par des militants dans le secteur à but non lucratif. De l’artisan social à l’entrepreneur social, reste-t-il une place pour le projet associatif ? La problématique relevée par les premiers travaux apparaissait comme un noeud gordien : le développement des initiatives éducatives des associations, d’une part, leur reconnaissance par les pouvoirs publics, d’autre part, conduisent à une crise de sens (cf. Recma, n° 279) dans laquelle on ne sait pas qui instrumentalise (**). Cet article prolonge la réflexion en proposant une grille de lecture qui autorise le dépassement du conflit. En raison du volume de cet article, seule la première partie est publiée dans ce numéro ; la seconde partie paraîtra dans le numéro 287."

Numéro de revue: 
286
Année de publication: 
2002
Fichier attachéTaille
PDF icon 286_062070.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Rousseau F.

L’éducation populaire : entre commandes publiques et besoins sociaux, le projet associatif est en crise de sens

Les associations éducatives apparaissent au début du siècle ou après-guerre, fondées sur les principes de l’éducation populaire. L’urbanisation, le chômage, la montée du temps libre tendent à réduire le temps passé au sein des grandes institutions que sont la famille, l’école, le travail, et remettent en cause l’intégration de normes sociales. Guidées par des valeurs collectives supérieures, les associations éducatives visent à remédier à ces manques sous une forme ludique et cherchent à promouvoir un véritable citoyen. La reconnaissance des pouvoirs publics, souhaitée pour l’obtention de financements, s’est accompagnée de dispositifs réglementaires encadrant les actions. Soumises au risque d’instrumentalisation, non protégées des lois du marché, ces associations s’interrogent aujourd’hui sur le sens de leur action. L’auteur livre quelques réflexions utiles pour redonner la première place au projet éducatif.

Numéro de revue: 
279
Année de publication: 
2001
Fichier attachéTaille
PDF icon 279_011025.pdf195.31 Ko
Auteur(s): 
Rousseau F.