coopération agricole

Ce que nous enseignent les statistiques nationales françaises sur les évolutions de la coopération agricole

Cet article vise à analyser, à partir des données statistiques, les mutations majeures des coopératives agricoles, pour comprendre en quoi la course à la taille va conduire ces dernières à poursuivre leurs évolutions organisationnelles. Nous mobilisons une approche par le périmètre coopératif, qui utilise les enquêtes statistiques nationales pour 1995, 2000 et 2005, afin de prendre en compte l’ensemble des entreprises coopératives et de leurs filiales. Les résultats soulignent le développement des groupes coopératifs avec une distinction entre le secteur des industries agroalimentaires (IAA) et celui du commerce de gros. Mais les liens de contrôle partagé et minoritaires entre les entreprises révèlent le développement de nouvelles formes d’alliance et de partenariat, tant à l’aval qu’à l’amont des filières. Ces évolutions questionnent alors les sources de données disponibles sur leur disposition à prendre en compte ces phénomènes.

Numéro de revue: 
326
Année de publication: 
2012
Fichier attachéTaille
PDF icon recma326_029044.pdf1.23 Mo
Auteur(s): 
Maryline Filippi, Olivier Frey et Stéphanie Peres

La coopérative TEREOS s'implante en Roumanie

Premier groupe sucrier français et numéro 4 mondial, Tereos s’implante en Roumanie avec la reprise de la sucrerie de Ludus qui produit 34 000 tonnes de sucre de betterave par an. La sucrerie de Ludus est implantée en Transylvanie, l’une des meilleures régions pour la culture betteravière en Roumanie. Elle s’approvisionne auprès de 500 planteurs qui y cultivent près de 5 000 hectares de betteraves. A partir de cette base de développement en Europe Orientale, Tereos pourra accompagner ses clients industriels sur un marché où la consommation de sucre est appelée à croître sensiblement au cours des prochaines années.

Colloque FNCuma "la coopération agricole de production", 4 décembre, Montrouge: le bilan

En 2012, la Fédération Nationale des cuma a lancé un travail sur la coopération agricole de production, c'est-à-dire la mutualisation par les agriculteurs de tout ou partie de leurs stratégies de production (sous des formes juridiques variées). Celle-ci rencontre aujourd’hui un contexte qui lui est à l’évidence favorable : volatilité des prix agricoles, nécessité d’innover en mutualisant les risques, volonté de mieux organiser le temps de travail, recherche de flexibilité... Cette coopération mérite d’être ré-identifiée dans les débats actuels, retravaillée par la coopération agricole et revalorisée auprès des pouvoirs publics et des agriculteurs. Aussi, la FNCUMA, avec le soutien de plusieurs partenaires, a organisé un colloque sur cette thématique, le 4 décembre prochain à Montrouge. Bilan

La première coopérative dédiée aux céréales bio en Ile de France

Union Bio Semences, la première usine de céréales biologiques d’Ile-de-France, a été inaugurée à Maisse, près de Milly-la-Forêt. Pour la région parisienne, c’est une étape très importante dans le développement du bio : c’est la première coopérative pouvant fonctionner à grande échelle et pouvant stocker une grande quantité de graines, avec un potentiel de développement important. En 2011, 2800 t de céréales, comme du soja, du maïs, du blé ou encore du lin, cultivées par des agriculteurs biologiques d’Ile-de-France, mais aussi de Bourgogne, de Normandie et de Picardie, y ont été triées. A terme, la production sera multipliée par dix, avec une capacité de 26000 t. 

Pour PwC, les coopératives agricoles doivent modifier leur gouvernance "démocratique et collégiale" pour séduire les investisseurs

PwC publie son étude sur les coopératives agricoles mondiales à l’occasion de la 3ème journée européenne des coopératives agricoles ... et préconise de modifier la gouvernance "démocratique et collégiale" des coopératives, pour attirer des partenaires financiers plus "court-termistes".  

Coopération agricole: définition des "marchés", fusions et prise en compte des principes coopératifs par la Commission européenne

Richard Renaudier et Marine Nossereau ont signé le 27 septembre pour le Magazine décideurs un court article juridique à l'occasion de l'accélération des concentrations de coopératives agricoles : définition des "marchés" pour les coopératives ("45 kilomètres autour d’un silo") et revient sur la jurisprudence européenne en matière de "concurrence" entre associés coopérateurs.

Université Coopérative Portative, Figeac, 2-4 novembre 2012

Les Fermes de Figeac, coopératives, organise 3 jours de rencontres coopératives "hors les murs" : « Notre université coopérative sera Populaire, Pittoresque, Phalanstérienne, Productive, Philosophique... mais avant tout Portative. Lieu de rencontre et de confrontation entre coopérateurs, elle se déplacera en effet au plus près des coopératives. Cette université ne connaitra de murs que ceux qui soutiennent les toits dont nous avons besoin pour abriter moments d'échange, de convivialité et de constructions coopératives. Cette université ne délivrera pas de diplôme, mais cultivera les rencontres entre les coopérateurs de tous les métiers et de tous les territoires, organisera la confrontation entre acteurs et chercheurs, favorisera les productions intellectuelles et artistiques, créera les conditions pour que la coopération et la convivialité se nourrissent mutuellement. »

Au Mans, la coopérative Sodiaal baisse le prix du lait et Lactalis suit

Sodiaal est la première coopérative laitière en France avec 4,1 milliards de litres collectés. Et près de 12 600 producteurs coopérateurs. Elle a décidé de baissé le prix d'achat du lait dont le marché a souffert en mai à cause d'une saturation en produits et d'un appel d'offres du hard discount allemand qui a plombé les prix en France. Parallèlement, les coûts de production des coopérateurs ont augmenté en raison de la flambée du soja et du gasoil.

Groupement d’intérêt écologique et économique: une chance pour la coopération agricole de production? Paris, 31 oct

La FNCUMA vous invite à participer à la quatrième de ses journées d’étude consacrées à la coopération agricole de production, pour remettre en débat les questions de coopération de proximité en agriculture. Cette journée d’étude supplémentaire visera à mieux comprendre ce que pourrait recouvrir le « groupement d’intérêt écologique et économique » actuellement travaillé par le Ministère de l’Agriculture (voir document joint), et en quoi pourrait-il encourager de nouvelles coopérations entre agriculteurs autour de l’acte de production.