banque coopérative

AP2E analyse le "ratio investissement en local des dépôts bancaires locaux": les pauvres épargnent pour les riches

Agir pour une économique équitable publie sa lettre d'information de mars-avril. Avec le rappel de sa campagne pour la reconquête du pouvoir des sociétaires dans la bancassurance et  le projet de loi de loi pour la préemption des salariés en cas de cession de leurs entreprises, elle livre une intéressante analyse par département de l'épargne collectée et des investissements réalisés localement par les banques : "la progression des dépôts des citoyens a  été plus importante que la progression des crédits accordés par les banques."

"Banques coopérative, finances solidaires et gouvernance participative. Existe-t-il une alternative en matière financière?" Séminaire scientifique international, Marseille, 27 avril 2012

Séminaire organisé par Nathalie HECTOR (Euromed management) et Nadine RICHEZ-BATTESTI (Aix-Marseille Université Aix-Marseille- laboratoire LEST-CNRS). L'ONU a proclamé 2012 Année internationale des coopératives par la résolution A/RES/64/136, adoptée le 18 décembre 2009. Le thème choisit est "Les coopératives, des entreprises pour un monde meilleur", reconnaissant ainsi que « le modèle coopératif est un facteur majeur dans la réalisation du développement économique et social et invite gouvernements, institutions internationales, les coopératives et les autres intervenants à soutenir le développement et la croissance des coopératives du monde entier. » (site ACI).

LA LÉGISLATION SUR LES COOPÉRATIVES DE CRÉDIT EN ESPAGNE

En 2010, le système bancaire espagnol comptait 160 banques résidentes, 36 caisses d’épargne et 80 coopératives de crédit. Les coopératives de crédit sont définies par la législation comme des sociétés dont l’objet social est de répondre aux besoins financiers de leurs associés et des tiers par le biais de l’exercice des activités spécifiques des établissements de crédit. En Espagne, elles se répartissent entre les caisses rurales et les caisses populaires et professionnelles, selon la composition de leur sociétariat et leur but poursuivi. Au fil de leur histoire, le jeu des fusions a engendré une réduction du nombre des entités, qui est passé de plus de 1 000 au début de la Guerre civile (1936) à 80 en 2010. Cette réduction est due aux transformations des coopératives de crédit en sections de crédit, aux absorptions par des coopératives, des banques et des caisses d’épargne, aux fusions, aux transformations et aux liquidations.

Numéro de revue: 
323
Année de publication: 
2012
Fichier attachéTaille
PDF icon recma323_2012_024028.pdf395.59 Ko
Auteur(s): 
Gemma Fajardo García

6e cahier de l'économie sociale: Les contributions des coopératives à une économie plurielle /Co-operatives contributions to a plural economy


LES CONTRIBUTIONS DES COOPÉRATIVES
À UNE ÉCONOMIE PLURIELLE

La Recma est heureuse d'annoncer à l'occasion de l'année internationale des coopératives la sortie de son 6e cahier de l'économie sociale, Les contributions des coopératives à une économie plurielle, sous la direction de Jérôme Blanc et Denis Colongo, avec la collaboration de Jesse Bryant, Jean-François Draperi, Jordane Legleye et Patricia Toucas-Truyen.  Les coopératives participent à la pluralité économique de plusieurs façons. Elles rompent la dualité lucratif-public ; elles mettent l’accent sur la dimension collective de l’entrepreneuriat ; elles sont ellesmêmes plurielles du fait de la grande variété de leurs formes, que vient renforcer une dynamique continue d’innovations organisationnelles ; enfin, elles sont fréquemment partie prenante de dynamiques de développement local où une pluralité d’acteurs intervient dans des objectifs euxmêmes pluriels et irréductibles au seul motif de profit. Les écueils ne sont cependant jamais loin : mécompréhension politique, banalisation par alignement sur les concurrents non coopératifs et formes d’opportunisme individuel font de ces éléments vifs de la pluralité économique des espaces d’utopies pratiques. La coopération n’est pas seulement une conception de l’entreprise : elle porte aussi une conception de l’économie fondée sur le respect de l’être humain et sur la volonté de vivre ensemble et d’agir ensemble.

"L’hybridation du business model des groupes bancaires coopératifs: une étude comparée du groupe Crédit agricole et du mouvement Desjardins" Alexandre Pourchet

2e Prix 2011 de la recherche coopérative  organisé par le Crédit Mutuel et la Recma. Master 2 recherche Politique Générale et Stratégie des Organisations, Paris Dauphine.

Introduction générale 

PREMIERE PARTIE : ELEMENTS HISTORIQUES ET THEORIQUES

Chapitre I : Historique des coopératives

Section I.1 : Les coopératives dans le temps

Section I.2 : Les différentes formes de coopératives Section I.3 : Les dates clés

QUELLES SONT LES SPÉCIFICITÉS DU MANAGEMENT DES BANQUES COOPÉRATIVES ?

S’il est courant d’étudier les spécificités de la gouvernance des banques coopératives, peu d’éléments existent quant aux particularités que l’on rencontre dans le management des salariés de ces établissements. Les banques coopératives se sont développées à partir d’une bonne connaissance du financement de l’économie locale. Comment cette connaissance se traduit-elle dans le fonctionnement quotidien de ces établissements ? Existe-t-il plus de délégation au niveau local ? Quelles en sont les conséquences en termes de système d’incitation et d’évaluation des performances ? Notre étude se propose, à partir de la grille de lecture de la théorie de l’architecture organisationnelle, d’analyser le pouvoir de délégation, le système d’incitation et le système d’évaluation des performances de 72 responsables, travaillant dans 29 établissements différents. La comparaison consiste à décrire les pratiques managériales recensées auprès de ces responsables d’agence en scindant l’échantillon entre banques coopératives et banques de type SA. L’examen des résultats permet d’effectuer plusieurs constats : un pouvoir de délégation accru dans les banques coopératives, une pression commerciale plus forte dans les banques SA, des pratiques de rémunération comparables et une pression financière plus forte dans les banques coopératives.

Numéro de revue: 
322
Année de publication: 
2011
Fichier attachéTaille
PDF icon recma322_027046.pdf604.59 Ko
Auteur(s): 
Christine Marsal

Desjardins: "croissance prudente" et accord avec le Crédit Mutuel

Selon la présidente du mouvement, Monique F. Leroux, le fil conducteur de la croissance de Desjardins (actif de 188 milliards de dollars canadiens et 5,8 millions de sociétaires et clients) demeurera la dimension de solidité et sa structure coopérative distinctive. Services financiers aux particuliers ou aux entreprises, ou encore assurance (de dommages et de personnes), Mme Leroux parle d'un «momentum très clair de croissance prudente».

"La banalisation de la sphère financière mutualiste: comment résister, affirmer ou actualiser ses valeurs ?" Appel à communications du Girief, avant le 20 septembre 2011

L’année 2012 a été proclamée « Année Internationale des Coopératives » par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Le « Groupe international de recherche en éthique financière et fiduciaire » veut s’associer à cet évènement en lançant aux chercheurs un appel à communications sur le thème des enjeux et défis qui attendent les institutions financières coopératives au cours des prochaines années. Les meilleurs articles sélectionnés par un jury académique feront l’objet d’une publication dans  La Revue des Sciences de Gestion,, dans son premier numéro 2012 (1er trimestre 2012).