banque coopérative

Inaise, 2e Sommet Mondial de la Finance Solidaire, "Pour plus de justice économique", Oaxaca (Mexique), 28-30 mai 2013

Inaise (International Association of Investors in the Social Economy) organise avec le FOROLACFR (FORO Latino Americano y del Caribe de Finanzas Rurales) le 2e sommet international de la finance solidaire sur le thème "pour plus de justice économique" les 28-30 mai à Oaxaca (Mexique).  L’objectif général de ce Sommet est de créer un espace pour les efforts de convergence internationale sur la « finance sociale et solidaire » qui permettra de donner de la visibilité aux différentes pratiques du « financement du développement » favorisant le développement de l’économie sociale.

Crédit Agricole : heureusement que la banque coopérative limite les pertes de la SA

Michel Abhervé revient sur les pertes du Crédit agricole : "Nous avions relevé récemment l’évolution de la communication du Crédit Agricole. Cette évolution de la communication prend sens avec la parution des comptes de l’exercice 2012 qui montrent une perte très importante de Crédit Agricole SA, à hauteur de 6,47 milliards d’euros, partiellement compensée par les bénéfices de la banque coopérative, qui s’élèvent à 3,54 milliards d’euros, qui permettent de réduire le déficit global du groupe sur l’exercice à 3,8 milliards d’euros. Quel retournement de l’histoire depuis la période où les responsables d’une banque coopérative considérée comme archaïque faisaient l’éloge de la SA, machine à produire des excédents et à faire des investissements qui allaient produire des retours juteux. [...]"

En Allemagne, une micro-banque coopérative suffit à faire tourner les entreprises locales

Loin des produits financiers complexes et des parachutes dorés, Peter Breiter, 41 ans, est le seul employé de sa banque, Raiffeisen Gammesfeld. Il écrit à la main des bordereaux pour les 500 habitants du petits village allemand de Gammesfeld. La banque coopérative Raiffeisen Gammesfeld en Allemagne du Sud est une des plus petites banques du pays en termes de dépôts. Elle est aussi la seule à être tenue par un seul et unique employé.

2nd EACB Award for young researchers on cooperative banks: Call for papers until 15th sept. 2013

The European Association of Co-operative Banks (EACB), in collaboration with its academic think-tank, is pleased to announce a competition for best papers in the field of co-operative banks. The competition is targeted at young researchers up to 35 years old (i.e. they should be born in 1978 or after). Co-authored papers will be accepted if all authors are up to 35 years of age.

Economie fraternelle et finance éthique: l’expérience de La Nef

Nathalie Calmé. Ed. Yves Michel, 2012, 304 pages.

Peu d’ouvrages se sont penchés jusqu’à présent sur l’expérience de La Nef, et c’est un des premiers mérites de l’ouvrage de Nathalie Calmé que de proposer une sorte de monographie de cette initiative atypique, lancée en 1978 par Jean-Pierre Bideau et Henri Nouyrit. A partir du modèle et sous l’impulsion de la banque alternative allemande GLS, l’objectif des deux hommes est de mettre en relation des porteurs de projet ayant des besoins financiers auxquels ne répond pas le secteur bancaire avec des personnes qui disposent de liquidités et souhaitent les utiliser pour soutenir des projets respectueux de certaines valeurs fondamentales et orientés dans certains domaines. Il s’agit en quelque sorte de créer « la banque de la dernière chance » pour soutenir ou permettre la concrétisation de projets que le système ignore.

28e congrès international des banques populaires, Marrakech, 21-23 oct

La Confédération Internationale des Banques Populaires (CIBP), est une organisation internationale non gouvernementale qui rassemble des institutions et des organismes bancaires et financiers dont l'objet est de favoriser le développement des petites et moyennes entreprises (PME) et des particuliers. A présent, la CIBP rassemble des organisations membres dans 22 pays: Allemagne, Argentine, Autriche, Belgique, Canada, Chili, Espagne, France, Grèce, Italie, Maroc, PECO et Malte et Turquie. Elle tient son 28e congrès à Marrakech cette semaine. A cette occasion, Le Matin propose une interview de  Mohamed Benchaâboun, Président de la Banque centrale populaire marocaine (19 Banques populaires régionales, représentant un réseau de 1 100 agences dans tout le Royaume, 450 000 sociétaires pour un capital de 3 milliards de DH).

RSE: à l'exception du crédit agricole, les banques coopératives mal notées par Novethic

Sans surprise, puisqu'elles en sont à l'initiative, les grandes banques capitalistes feraient mieux en matière de RSE que les banques coopératives, le Crédit agricole mis à part. Reste que l'autodéclaration permet tous les menus aménagements possibles... Ainsi, BNP et Société générale jurent ne plus travailler dans les paradis fiscaux... mais ne considèrent pas les mêmes. A l'inverse, des communications RSE jugées déficientes par Novethic, comme pour la BPCE ou le Crédit mutuel comportent des volets intéressants comme des indicateurs sur le stress généré par le travail en agence. A lire sur La tribune

Banques coopératives: combien faut-il payer les dirigeants de Desjardins (Québec)?

On apprend que les membres d’une caisse populaire de Trois-Rivières ont voté à la majorité pour réprouver le niveau de la rémunération des dirigeants de Desjardins. Dans le contexte de la mauvaise humeur généralisée à propos des rémunérations de dirigeants, cette initiative ne surprend pas et démontre le caractère démocratique de Desjardins. La réponse à cette question passe par l’examen des rémunérations payées à ces dirigeants et l’établissement d’un écart approprié entre ce qui se paie dans le secteur privé et ce que l’on paie dans le secteur coopératif.