banque coopérative

Les caféiculteurs burundais lancent une microbanque coopérative pour réduire la dépendance vis-à-vis des banques commerciales traditionnelles

Les producteurs de café burundais envisagent de lancer une microbanque coopérative pour réduire leur dépendance vis-à-vis des banques commerciales traditionnelles qui rechignent à financier ce secteur clé de l’économie de ce petit  pays d’Afrique de l’est.

Les banques coopératives chypriotes seront restructurées

La Commission européenne valide la recapitalisation et la restructuration des banques coopératives chypriotes, handicapées par 1,5 mrd € de pertes occasionnées par un taux de prêts non remboursés de l’ordre de 40 %.Voté en septembre dernier par les députés du Parlement chypriote, le plan prévoit une diminution du nombre des établissements d’une centaine à dix-huit ainsi que leur contrôle par un organisme central, détenu à 99 % par l’État.

Les mouvements coopératifs et mutualistes en Poitou-Charentes

La région Poitou-Charentes a mis en ligne un site dédié à l'histoire (riche) et à l'actualité (débordante) du coopératisme et du mutualisme local. Illustré, érudit, didactique : une superbe initiative à laquelle ont notamment collaboré Patricia-Toucas Truyen et Gilles Caire, membres du comité de rédaction de la Recma. A télécharger ou commander, un bel illustré de 56 pages sur cette terre pionnière en matière de coopération et de mutualisme. La région Poitou-Charentes est aujourd’hui encore en tête des régions françaises en termes de proportion d’emplois dans ces deux secteurs. Les coopératives et les mutuelles y sont particulièrement puissantes en matière agricole (coopératives, CUMA) et financière (banques et assurances).

Les banques coopératives françaises dans la crise : l’occasion d’un retour aux valeurs ?

Cet article est consacré à souligner les différences, mais aussi les ressemblances entre banques coopératives et banques capitalistes en France. Après une présentation de l’importance des banques coopératives en France, nous recensons et classons les objectifs, les valeurs et principes exposés dans les grands textes de référence de l’économie sociale, de la coopération et des banques coopératives ; puis, nous montrons comment les réseaux bancaires coopératifs relaient ces éléments dans leurs politiques de communication ; nous évaluons ensuite la réalité de ces « promesses » concernant le service aux usagers, la responsabilité, la solidarité, la démocratie. Enfin nous soulignons l’importance d’une meilleure connaissance du sociétariat « de base ».

La coopérative financière et la politique d’uniformisation du droit Ohada

Le 10 décembre 2010, l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada) a adopté un nouvel acte uniforme relatif au droit des coopératives. Au cours des travaux préparatoires, il avait été convenu de définir des règles particulières applicables aux coopératives financières (ou coopératives d’épargne et de crédit, Coopec), dont la désorganisation aurait été à l’origine de la réglementation même des coopératives. Curieusement, elles ont progressivement été extraites du texte et ne figurent pas dans la version finale de l’acte uniforme. L’objectif de cet article est de porter une analyse critique sur cette éviction par le législateur Ohada tant du point de vue de la place de ces organisations dans la société que sous l’angle de l’appréciation du procédé d’uniformisation du droit par l’organisation, qui se trouve ici réduit.

Numéro de revue: 
330
Année de publication: 
2013
Fichier attachéTaille
PDF icon recma330_072087.pdf1.27 Mo
Auteur(s): 
Willy Tadjudje