La générosité des Français - 16e édition 2011La générosité des Français - 16e édition 2011

Recherches & Solidarités présente la 16e édition de la "Générosité des Français". Elle s’appuie sur son enquête annuelle "A l'écoute ds donateurs", sur les dernières données de Bercy concernant les réductions d’impôts liées aux dons, et sur un panel de 120 associations réunissant plus d’un 1,5 milliard d’euros de collecte.

Une année 2010 exceptionnelle

On peut estimer à 3,7 milliards d’euros, le montant de la collecte en France. On prendra soin de distinguer la collecte habituelle, qui a connu une augmentation de l’ordre de 4%, un peu supérieure à l’augmentation de 2009, de la collecte réalisée à l’occasion du tremblement de terre d’Haïti. Ce drame est venu interpeller les Français au mois de janvier 2010, et ils ont été presque aussi nombreux à se mobiliser qu’ils l’avaient été lors du tsunami. Les associations qui ont collecté en faveur des Haïtiens ont ainsi enregistré en moyenne une augmentation de leurs dons de 22%.

De l’intérêt d’une incitation fiscale

Le nombre de foyers déclarant un don stagne depuis deux ans, mais les montants déclarés sont plus importants : le don moyen annuel déclaré, toutes associations confondues, est de 309 euros. Cette augmentation s’explique à la fois par un plus grand effort des donateurs, pensant aux personnes qui sont de plus en plus en difficulté, et par un plus grand soin apporté, pour conserver et présenter leurs reçus fiscaux.

La générosité des plus jeunes

Les données exhaustives relatives aux plus de 5 millions de foyers imposables déclarant des dons, permettent de rapporter l’argent que l’on donne à celui que l’on gagne : telle est là la véritable notion de solidarité. Celle-ci demeure significativement plus réelle parmi les foyers les plus modestes, tout comme dans les départements les plus modestes. Elle est équivalente, chez les donateurs de moins de 30 ans et chez ceux de 70 ans, contrairement aux idées reçues.

Les causes préférées des Français

Les trois secteurs qui progressent le plus sont ceux de l’aide sociale en France, de la recherche médicale – ce qui est de bonne augure pour l’organisation du 25ème Téléthon – et de l’environnement. D’une manière générale, parmi leurs priorités, 18% des Français choisissent d’aider les personnes en difficulté en France, 13% optent pour la santé, et 12% pour la recherche médicale.

Les causes oubliées

Si le tremblement de terre de Port au Prince a mobilisé, début 2010, près de 35% des donateurs, celui qui est intervenu au Chili, quelques semaines plus tard, a eu un très faible écho (3%). Au cours de l’été 2011, la famine subie par les habitants de la corne de l’Afrique a fait l’objet d’un démarrage médiatique et humanitaire assez lent. Heureusement, au cours des mois qui ont suivi, la sensibilisation a permis de mobiliser 28% des donateurs.

Les pronostics de fin d’année

Beaucoup d’associations réalisent jusqu’à 80% de leur collecte annuelle au cours des mois de novembre et de décembre. Dans l’enquête réalisée au mois d’octobre 2011, 56% des donateurs affirment qu’ils reconduiront cette année à peu près le montant de leurs dons de 2010, et 16% indiquent qu’ils donneront plus (contre 9% à la même période en 2010), surtout parmi les catégories les plus favorisées. Une embellie espérée par les associations.