Thierry Beaudet

Le président de la Mutualité française candidat à la présidence du Cese

Thierry Beaudet, président de la Fédération nationale de la Mutualité française et du groupe VYV, est récemment revenu au Conseil économique, social et  environnemental (Cese), où il avait déjà siégé de novembre 2010 à septembre 2016 en tant que président du groupe Mutualité, vice-président de la section  des affaires sociales et de la santé et membre de la commission dépendance.

Le congrès des Mutuelles de France

Fin octobre 2020, la Fédération des Mutuelles de France (FMF) tenait son congrès à Brest sur le thème « Bâtir les solidarités nouvelles ». Rappelons que cette fédération mutualiste, née en 1987, est l’héritière de la Fédération nationale des mutuelles ouvrières (FNMO), fondée en 1960 par des mutualistes cégétistes, et de la Fédération nationale des mutuelles de travailleurs (FNMT) (1968-1987). Au cours des années 1980 et 1990, la FMF s’est distinguée par sa résistance à l’irruption des assurances dans le champ de la complémentaire santé.

Un regard mutualiste sur la crise sanitaire

Entre le 10 mars et le 20 mai 2020, Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, a consigné dans un journal son ressenti personnel du confinement, ses réflexions de citoyen et surtout son analyse de responsable mutualiste dans une tourmente sanitaire inédite. Ce Journal d’une crise. De l’urgence du Covid aux soins du quotidien a été publié en août 2020 aux éditions de l’Aube.

Une nouvelle taxe pour les mutuelles

Les Ocam (organismes complémentaires d’assurance maladie) seront prochainement soumis à une « taxe Covid » d’un montant de 1,5 milliard d’euros échelonnée sur deux ans via une hausse de la TSA (taxe de solidarité additionnelle), à laquelle sont soumis ces organismes. Le ministre des Solidarités et de la Santé justifie cette contribution exceptionnelle par les économies qu’auraient réalisées ces organismes durant le confinement, du fait de la baisse des dépenses de santé.
Ce nouvel impôt, qui pèsera sur les budgets mutualistes, inspire trois critiques :

Regards pluriels sur l’avenir mutualiste dans le monde d’après

Au cours de la crise du coronavirus, les organismes mutualistes de Livre II et de Livre III ont rempli leur mission d’acteurs de la protection sociale en mettant en place diverses actions de solidarité (cf. rubrique « En bref » du n° 356 de la Recma). Cette période a vu fleurir nombre de propositions ou de spéculations sur « le monde d’après » de la part de tous ceux qui espèrent une disqualification définitive de la doxa de la rentabilité, notamment dans le domaine sanitaire.

Lire François Espagne

En tête de cet éditorial, je salue la mémoire de François Espagne qui nous a quitté le 30 novembre 2019. L’ancien secrétaire général de la Confédération générale des sociétés coopératives ouvrières de production (CG Scop) était l’un des meilleurs spécialistes de la coopération de production, qu’il a analysée sous les angles historique, juridique et doctrinal.

La mutualité fait entendre sa voix

Acteur historique de la protection sociale des travailleurs, la mutualité est longtemps restée discrète, limitant ses opérations de communication aux sociétaires. Ce temps est révolu. Faisant suite à la campagne de communication qui, en 2018, soulignait auprès du grand public les spécificités des « vraies mutuelles », celle lancée en 2019 par la Mutualité française vise à valoriser le rôle majeur des mutuelles dans la démocratisation de l’accès aux soins.

L’Institut Montparnasse organise une rencontre pour « faire société » autour des mutuelles et présente ses nouvelles orientations

Le 18 juin, l’Institut Montparnasse, spécialisé dans la recherche et la formation au service du mouvement mutualiste, organisait un débat autour du thème « faire ou refaire société » avec Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Thierry Beaudet, président de la Mutualité française. Cette conférence, animée par le magazine Alternatives économiques, visait deux objectifs.