articles

Vous trouverez ici la liste des articles publiés depuis 1921 et uniquement des articles (pas les notes de lecture, les rubriques d'actualité...).
La revue est en revanche intégralement en ligne sur depuis 2000 (n°278) sur la plateforme Erudit http://www.erudit.org/revue/recma/. L'ensemble de la publication est en accès libre, à l'exception des deux dernières années qui nécessitent d'être abonné à la version numérique de la Recma http://recma.org/abonnementrevue. Toutefois, Erudit ne proposant pas le téléchargement à l'unité (sans abonnement) des articles de moins de deux ans (barrière mobile), vous pouvez les télécharger ici via notre boutique (après la procédure d'achat par paypal, le pdf de l'article est accessible depuis votre espace utilisateur http://recma.org/user).

En libre accès ou payant, l’ensemble de ces fichiers relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. La consultation ou la réception de documents n’entraîne aucun transfert de droit de propriété intellectuelle en faveur de l’utilisateur. Ce dernier s’engage à ne pas rediffuser ou à reproduire les données fournies autrement que pour son usage personnel et privé conforme aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle.

Cooperatives in France: Issues and challenges at the start of the 21st century

Conceived by Coop FR and the editorial team of Recma, this special issue of Recma in English presents French cooperatives today. We wanted to provide a comprehensive and multi-disciplinary picture of the French cooperative movement through six contributions on the following topics: an overview of the French cooperative sector today (Caroline Naett), the debate about the boundaries of the cooperative movement (Chrystel Giraud-Dumaire), socio-economics and the relationship between cooperatives and regions (Jean-François Draperi and Cécile Le Corroller), a comparative analysis of the organisations representing cooperatives in France, the United Kingdom and Italy (Enzo Pezzini), the history of French cooperative legislation (Loïc Seeberger) and, lastly, cooperatives in the social economy based on the legislation of July 2014 on the social and solidarity economy (David Hiez).

Caroline Naett’s article examines the contribution of cooperatives to the new French law on the social and solidarity economy and reveals the vitality of the French cooperative movement. Reminding us of the sector’s strength – 23,000 cooperative enterprises with over a million employees and 24.4 million members – she shows that the cooperative movement’s proactive involvement in the consultation process led the minister in charge to take into account the core of the movement’s recommendations. The movement’s proposals were mainly aimed at reaffirming cooperative identity.
This point is worth stressing at a time when economic and regulatory pressures and, consequently, statutory changes are challenging cooperative principles and justify the work of the International Cooperative Alliance (ICA) on revising the seven cooperative principles.
Chrystel Giraud-Dumaire presents the issues involved in measuring cooperatives statistically. In France, this debate is rooted in the work that the Association pour le développement de la documentation de l’économie sociale (ADDES) has been pursuing since its creation in 1982 to “determine the exact impact of the social economy”. The debate has intensified and
shifted over the past ten years, reflecting the interest sparked by the social and solidarity economy (SSE). On one side of the debate is what could be called the dominant argument of the SSE as put forward by the Observatoire national de l’économie sociale et solidaire (ONESS), and on the other side is the argument of cooperatives strictly speaking as advanced by Coop FR, one of the major institutional intermediaries. This debate has both theory implications – it divides the research community – and policy implications – as so much of the data published by the two sides differs. The figures in  the Atlas de l’ESS by ONESS and Coop FR’s figures can vary by as much as threefold. This debate is related to a question that arises in France, as elsewhere, insofar as the consolidated figures for the cooperative movement are none other than the ICA’s. The author discusses both the disagreements and the progress made in this still ongoing debate. Extracts from the “Sectoral
panorama of cooperative enterprises”, providing key figures on cooperatives in France, round off the analysis.
Expanding on the context set by those two contributions, the article by Jean-François Draperi and Cécile Le Corroller presents a cooperative socio-economics based on an examination of the relationships between cooperatives and regions. Distinguishing the situation of large and small
cooperatives as well as a range of regional identities, the authors highlight specific and complex relationships. In general, small cooperatives are very broadly a reflection of the regions where they were started while large cooperatives construct their own regional identities. In both cases,
cooperatives develop original ways of behaving in terms of the geographical space. Based on these observations, the authors propose a typology of five cooperative regions in which cooperation is 1) rather rooted in tradition; 2) integrated in the dominant economy; 3) serving the public interest; 4) concerned with identity and alternative principles; or 5) multi-stakeholder and inter-cooperative. These types are the many expressions of an original socio-economic development project in the geographical milieu.
The article by Enzo Pezzini widens the scope of investigation to the European level in his examination of the organisation of cooperative federations in France, the United Kingdom and Italy. This comparative study provides an opportunity to present the cooperative sector within both these three countries and the European context. The author identifies three organisational models as “sectoral” in France, “cross-sectoral” in the United Kingdom, and “integrated” in Italy, and shows that this diversity presents a challenge for the European cooperative movement, in particular in dealing with powerful lobby groups. The cooperative movement needs to speak with a single voice and move beyond the sectoral model that shapes
cooperative representation on the European level. This change, the author concludes, is fundamentally a question of political will.
To best understand the contemporary evolution of cooperatives, we feel the reader should have an overview of the evolution of French cooperative law. Starting from the first relevant legislation, the Companies Act of 24 July 1867, until the general law on cooperatives of 10 September 1947, Loïc Seeberger’s historical survey captures the complexity of cooperative legislation. Looking back at the past reveals how the different forms of French cooperatives have been established in company law with the exception of agricultural cooperatives, which are a special category under separate
legislation. The author also highlights the importance of the Act of 2014 on the social and solidarity economy. The scope of that legislation extends beyond cooperatives. The originators of the term “social economy”, the French cooperative movement is a major player in the SSE, while the legislation increasingly defines the political framework for the movement’s expression. Defining the SSE is an endless debate to which the legislation clearly provides a new context.
David Hiez looks at this whole vast law – around a hundred articles and eighty pages long – on the social and solidarity economy, which was passed on 31 July 2014. According to the author, the legislation reflects the return of government support for the SSE. This support takes various forms including financial measures, the strengthening of the SSE’s traditional mechanisms, the possibility of partnerships, improving legal certainty, etc. This is thus an ambitious and important piece of legislation that organisations can embrace
wholeheartedly.
French cooperatives are probably at a turning point in their two-hundred year history. With greater consolidation, particularly in agriculture and food processing, the growth of worker cooperatives (sociétés coopératives et participatives, or SCOPs), artisanal cooperatives (cooperatives artisanales),
business and employment cooperatives (coopératives d’activités et d’emploi, or CAEs) and community-interest cooperatives (sociétés coopératives d’intérêt collectif, or SCICs), and the resurgence of the consumer cooperative
movement, the debates concerning cooperatives reveal more than ever the pressures they face and their determination to promote collective, free, democratic and socially responsible entrepreneurship. There is certainly no shortage of pitfalls. However, as demonstrated by the resistance of the Cooperative Wholesale Society in Manchester to the attempted hostile takeover between 1997 and 1999 (see Graham Melmoth’s article in Recma, no. 271, January 1999), the commitment of cooperative members is the guarantee of a cooperative future. Greater participation in general assemblies and the refocusing of large cooperatives, including those in the banking sector, on
fundamental values indicate that the phase of degeneration and probably demutualisation may be over. Through the combined work of researchers and practitioners, let us make the cooperative movement capable not only of resisting the dominant economic model but also of sharing its choices with an ever-growing number of men and women.
I hope you enjoy this special issue.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Jean-François Draperi

A benevolent legal look at the Social and Solidarity Economy Act

The law passed last July was presented as a major piece of legislation that would reinvigorate and restructure the social and solidarity economy. Apart from official statements, reactions to the law have been guarded or critical. These reservations mirror the expectations that the law generated, expectations that a lawyer might consider unrealistic. The law does not appear to be fundamentally different from its counterparts in Spain and Quebec at least in its organisational aspects. In the French context, however, the law is a departure from the previous law in 1992, which had comparable ambitions. Besides the influence of the issues raised by the solidarity economy and social enterprises, the law features fewer attractions for capitalist mechanisms and reaffirms and strengthens principles that are more specific to the social and solidarity economy.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
David Hiez

History of the evolution of cooperative law from its origins to the present day

To understand the history of cooperative legislation, it is helpful to look at some milestones in its development. Two important markers shape its evolution: the law of 24 July 1867 which recognised, although only indirectly, the existence of cooperative societies, and the legislative framework of the law of 10 September 1947, which defined the legal form and gave it its full legal identity. The slow genesis of a law specific to cooperatives began with the first attempts at forming cooperatives and culminated with the lasting consolidation of cooperative legislation. However, the rooting of particular clauses in the body of French law led to the specification of a unique statute of which the law on the social and solidarity economy, witch was voted on this summer, is an obvious example.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Loïc Seeberger

The organisational diversity of cooperative federations: A challenge for the EU

The cooperative movement in Europe plays a very significant role in reality but has a weak collective identity and lacks political clout. This situation is largely the result of how the movement’s representative organisations have evolved in individual European countries. They have developed in very different ways, mixing and promoting sector and cross-sector organisations depending on the case. Briefly examining three national experiences, we identify the different models and their evolutions. These national analyses help us compare the way representative organisations have developed and determine possible future directions for representing cooperatives at the European level.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Enzo Pezzini

Cooperatives and regions in France: Specific and complex relationships

This article looks at the relationship between cooperatives and regions. After presenting some aspects of the transformation of cooperatives and the possible impact on the relationship with their region, the article draws on a qualitative survey conducted in autumn 2013 and winter 2014 of some fifty cooperatives in ten French regions. We then present a series of factors of regional embeddedness: increase in participation in a cooperative, cooperative education, investment in real estate and, in the big cooperative groups, savings on transaction costs and containing agency costs. The article puts the history of these changes into perspective and proposes five types of cooperative regions that define the contours of a cross-cooperative meso-republic.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Jean-François Draperi et Cécile Le Corroller

The problem of cooperative boundaries: History, considerations and constraints

For more than 20 years, the French cooperative movement has worked on the definition of its economic boundaries, an essential problem for cooperative enterprises. As a satellite account of the social and solidarity-based economy (SSE) does not exist, it organised itself together with public authorities and the players of the SSE in view of defining “extended” boundaries, which take into account the “cooperative core” and the subsidiaries of cooperatives. The cooperative movement is confronted with diverging views on the definition of this economic boundary by the Observatoire national de l’ESS (National SSE Observatory), which engages in the collection of statistics and measurement as well as the observation of the social and solidarity-based economy. This article retraces the major periods of and the background to the establishment of the cooperative boundaries as defined by Coop FR, the organisation representing the French cooperative movement. It also proposes ways to progress towards a better visibility of SSE enterprises and cooperatives in particular.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Chrystel Giraud-Dumaire

The making of the Social and Solidarity Act from the cooperative perspective

The Social and Solidarity Economy Act passed on 31 July 2014 has a large component on cooperatives. While cooperatives are responsible for many of the measures that concern them, several are the result of ministerial decisions and have led cooperatives to change their positions. This article retraces the lively internal debates that cooperatives had during the process of drafting the bill as well as their expectations about what should happen next.

Numéro de revue: 
0
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Caroline Naett

Le mochav classique et ses départements en Israël

Un mochav est un village coopératif à fonctions multiples, qui n’existe qu’en Israël et dont le fonctionnement comptable et fi nancier présente une particularité liée à l’existence de diff érents départements. Jusqu’ici très peu étudié, ce modèle a pourtant des caractéristiques spécifiques, que nous entendons décrire. Le présent article revient sur le fonctionnement du mochav et souligne comment les exercices fi nanciers annuels des départements ne montrent ni excédents ni pertes, à l’inverse de ceux de nombreuses coopératives dans le monde, qui terminent leur exercice annuel soit avec d’importants excédents budgétaires non redistribués aux membres, soit avec des pertes couvertes par les réserves de la coopérative ou par ses bénéfi ces non répartis. Enfi n, l’article expose le cas d’un mochav israélien dans lequel la situation fi nancière de chaque département repose sur la participation des membres à son activité économique, puis nous nous interrogerons sur le caractère équitable de ce mode de fonctionnement.

Numéro de revue: 
336
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Zvi Galor

Les marqueurs d’innovation sociale : une approche institutionnaliste

L’innovation sociale fait actuellement l’objet d’une attention soutenue en France et plus largement en Europe. En particulier, l’un des enjeux pour les pouvoirs publics réside dans le fait de disposer d’outils afin d’identifier et de sélectionner des projets favorisant l’émergence de nouvelles trajectoires d’innovation par la valorisation, l’accompagnement et le financement des initiatives. Cette contribution a pour but de montrer comment, à partir d’une approche institutionnaliste, il a été possible d’élaborer, en Picardie, un outil collectif d’analyse : les marqueurs d’innovation sociale, permettant d’asseoir une politique publique de soutien à l’innovation sociale.

Numéro de revue: 
336
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Emmanuelle Besançon et Nicolas Chochoy

Les agriculteurs sont-ils traités justement par leur coopérative ?

Grâce à l’analyse des résultats d’une étude exploratoire menée auprès de 534 adhérents d’une coopérative agricole polyvalente du sud de la France, cet article entend montrer la pertinence du concept de justice organisationnelle dans la compréhension de la relation qu’entretiennent les adhérents avec leur coopérative. Il présente également un état des lieux des perceptions qu’ont les adhérents de la justice, d’où il ressort que les relations avec les représentants de la coopérative sont jugées positivement, alors que les questions de participation et de rémunération génèrent un plus grand sentiment d’injustice.

Numéro de revue: 
336
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Valérie Barraud-Didier, Marie-Christine Henninger et Geneviève N’Guyen

Economie sociale, protection sociale et bien-être de 1830 à 1970

Cet article historique retrace l’évolution des pratiques mutualistes et coopératives visant à favoriser le bien-être des milieux populaires depuis l’origine de l’économie sociale (ES) jusqu’au début des années 70. Il souligne notamment le rôle pionnier et stimulant de la mutualité dans la genèse de la protection sociale, universellement considérée à partir du xxe siècle comme un facteur fondamental du bien-être des populations. Il montre aussi que l’ES s’est constamment adaptée aux fluctuations de la conception du bien-être afin de répondre aux aspirations de ses adhérents, qui s’expriment dans le cadre des assemblées générales des mutuelles ou des coopératives. Ainsi, en un siècle et demi, l’économie sociale a progressivement étendu le champ de ses activités, en intégrant de nouveaux standards du bien-être, à la fois plus exigeants et plus consuméristes.

Numéro de revue: 
336
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Yannick Marec et Patricia Toucas-Truyen

Eléments pour une théorie de l’ESS : les cas du Brésil et de la France

Cet article analyse les différentes conceptualisations de l’économie sociale et solidaire (ESS) issues des milieux académiques brésilien et français, et plus particulièrement la manière dont elles appréhendent la place de l’ESS dans la société et le changement social. L’objectif est d’identifier les divergences et les similitudes à travers une comparaison des débats théoriques dans les deux pays. Du côté brésilien, les principaux auteurs mettent en avant l’autogestion comme principe entrant en contradiction avec le reste de la société. Cependant, le rôle de l’Etat apparaît important pour le développement de ce secteur. Du côté français, c’est à la fois l’autonomie et le rôle de l’Etat qui sont valorisés. La synthèse met en évidence la contribution des conceptualisations propres à chaque pays dans l’élaboration d’un nouveau modèle culturel au sens où l’entend Alain Touraine.

Numéro de revue: 
336
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Magali Zimmer et Carolina Orquiza Cherfem

Emergence des mutuelles de santé au Cameroun

La situation sociale et économique en Afrique subsaharienne en général et au Cameroun en particulier est caractérisée par une exclusion sociale quasi généralisée. Cela a favorisé le développement de systèmes de solidarité, notamment celui des mutuelles de santé. Cet article s’intéresse à l’émergence de la mutualité camerounaise. Nous montrons que les mutualistes fréquentent davantage en premier recours les hôpitaux publics et les centres de santé, mais qu’ils dépensent moins pour les soins de santé. Par ailleurs, ils ont un meilleur revenu que les non-mutualistes, ce qui explique le faible taux d’adhésion. L’étude plaide en faveur du renforcement des capacités du système national de santé pour qu’il soit en mesure d’améliorer continuellement et de façon pérenne les conditions réelles d’exercice des mutuelles, afi n qu’elles contribuent à la résolution des problèmes majeurs de santé.

Numéro de revue: 
336
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Jean Colbert Awomo Ndongo

Mesure de l’impact social, mesure du « consentement à investir »

Le tout récent rapport du G8 nous révèle que le « coeur invisible des marchés » (groupe de travail « Impact social » du G8, 2014) est prêt à investir entre 450 et 1 000 milliards de dollars en investissement à impact social. C’est évidemment une nouvelle intéressante. La recette : disposer, enfin, d’une mesure de l’impact social pour rééquilibrer des décisions d’investissement jusqu’à présent uniquement fondées sur le risque et le rendement. Mesurer l’impact social devient ainsi une nécessité pour déclencher les investisseurs privés et, par extension, une possibilité de justifier le soutien de finances publiques parcimonieuses. C’est le raisonnement qui a été appliqué à partir des années 80 en matière d’environnement : pour que la dimension environnementale puisse être enfin intégrée aux calculs économiques coût-bénéfice, il fallait lui fixer un prix. Il n’y aurait donc pas plus de contradiction entre social et marché financier qu’entre croissance et environnement. On se focalise sur la question des méthodes de mesure d’impact social (Stievenart, Pache, 2014). Il faut aussi poser la question de l’adéquation même de l’investissement d’impact aux entreprises de l’économie sociale et anticiper les effets de la « mise en équation économique » du social.
Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Nicole Alix

L’économie sociale et solidaire au Mexique : évolution historique et perspectives

L’ESS présente au Mexique des aspects spécifiques résultant d’une relation complexe entre la réalité socioéconomique du pays, fruit de son histoire, et les politiques publiques qui tendent à agir en fonction des intérêts conjoncturels ou politiques définis par le modèle néolibéral en vigueur. Le processus historique de construction de l’ESS au Mexique peut se diviser en cinq phases, correspondant à des dynamiques qui interfèrent souvent.
Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Francisco Ramirez-Mendez

Le microcrédit personnel : un modèle au potentiel inclusif limité

Cet article a pour objet de dresser un état des lieux de l’utilisation du microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale (FCS ; loi n° 200532 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale) depuis sa création en France, en 2005. Il montre que des freins matériels et conceptuels inhérents aux caractéristiques du dispositif en limitent l’usage et l’effi cacité. A partir de données chiffrées, il met en évidence que les coûts et les contraintes organisationnelles assumés par les établissements fi nanciers prêteurs et les intermédiaires sociaux condamnent une distribution plus massive du microcrédit personnel. Il souligne, ensuite, qu’en dépit d’études d’impacts optimistes, menées par exemple par la Fédération nationale des Caisses d’épargne (2010) ou plus récemment à la demande de la Caisse des dépôts et consignations (Gloukoviezoff , Rebière, 2013b), la conception même du dispositif peut conduire à des dépenses diffi cilement justifi ables pour l’Etat. Il conclue sur la nécessaire rénovation du dispositif en profondeur pour en faire un réel facteur d’inclusion.

Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Jean-Marc Figuet et Fabienne Pinos

Rendre tangible l’idéal mutualiste par un indicateur de création de valeur sociale

Les mutuelles ne créent pas seulement de la valeur économique. Leur raison d’être est aussi de produire de la « valeur sociale », une notion attractive et polysémique. Nous en présentons une définition opératoire et une proposition d’objectivation, à travers la construction d’un indicateur synthétique de création de valeur sociale (ISVS). Nous suggérons que celui-ci ne devienne pleinement légitime qu’en tant qu’outil de réflexivité collective et que facteur de motivation et dans la mesure où salariés et acteurs des mutuelles peuvent ainsi devenir parties prenantes de l’évaluation de ce qui fait la valeur sociale.

Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Alain Caillé et Juliette Wéber

Coopératives et territoires en France : des liens spécifiques et complexes

Cet article se penche sur la territorialité des coopératives. Après avoir présenté quelques aspects des transformations des coopératives et de leurs impacts possibles sur les liens que celles-ci nouent avec leurs territoires, la contribution résume les résultats d’une enquête qualitative menée au cours de l’automne 2013 et de l’hiver 2014 auprès d’une cinquantaine de coopératives dans dix régions françaises. Sont ainsi présentés successivement des facteurs d’ancrage territorial : l’accroissement de la participation à la vie coopérative, la formation coopérative, l’investissement dans le foncier et, dans les grands groupes, l’économie des coûts de transaction et la maîtrise des coûts d’agence. L’article met en perspective l’historique de ces évolutions et propose une typologie de cinq territoires coopératifs qui précisent le concept de méso-république intercoopérative.
Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Jean-François Draperi et Cécile Le Corroller

L’élaboration de la loi ESS du point de vue du mouvement coopératif

La loi relative à l’économie sociale et solidaire (ESS), adoptée le 31 juillet 2014, comporte un important volet coopératif. Si les coopératives sont à l’origine de nombreuses dispositions les concernant, parmi ces dernières plusieurs sont le résultat de la volonté du ministre de l’ESS et ont amené ces structures à faire évoluer leurs positions. Cet article retrace les débats internes qui ont animé les coopératives pendant le processus d’élaboration de la loi, ainsi que leurs attentes sur les suites à donner à ce texte.
Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Caroline Naett

La diversité des modes d’organisation des associations coopératives : un défi pour l’Union européenne

Le mouvement coopératif en Europe est une réalité très significative, mais avec une faible identité collective et une très modeste capacité de représentation politique. Cette situation est en bonne partie le résultat de l’évolution des organisations coopératives dans les différents pays européens, qui se sont développées de manière très distincte, en mélangeant ou en privilégiant, selon les cas, organisations sectorielles ou intersectorielles. Une rapide analyse de trois
expériences nationales nous permet d’identifier différents modèles et leur évolution. Ces analyses nationales nous aident à confronter les parcours et à déterminer des orientations possibles pour l’organisation coopérative au niveau européen.
Numéro de revue: 
335
Année de publication: 
2015
Auteur(s): 
Enzo Pezzini

L’enseignement coopératif dans le système éducatif au Costa Rica

Le secteur coopératif est solidement ancré dans le paysage économique du Costa Rica. En 2012, le pays comptait 376 coopératives d’adultes et 218 coopératives scolaires et étudiantes, réparties en trois grandes familles : coopératives classiques (dans lesquelles les associés entreprennent des opérations ou des activités avec ces structures, qui réalisent différentes actions telles que la transformation industrielle ou agroalimentaire, la commercialisation, l’épargne et le crédit ; de plus, elles ne peuvent pas sous-traiter), coopératives d’autogestion (au moins 40 % des associés doivent être salariés de l’entreprise et au minimum 40 % des travailleurs associés) et coopératives mixtes (les travailleurs qui l’intègrent dirigent toutes les activités ; il n’y a aucune possibilité de sous-traitance). Elles regroupent pas moins de 887 335 associés. Parmi les Costariciens, 21 % sont adhérents d’une coopérative (Recensement 2012, Infocoop). Cette vitalité coopérative puise son origine dans la réflexion engagée par le pays durant les années 50 sur les moyens de diffuser l’esprit coopératif pour rendre la société plus juste et plus solidaire. Cette transformation sociale devait s’appuyer sur l’éducation coopérative, dont les valeurs et les principes seront officialisés par l’Alliance coopérative internationale (ACI) en 1995 (1) : « L’apprentissage coopératif repose sur cinq principes de base énoncés par Johnson (2) : une interdépendance positive entre les membres des équipes, une responsabilisation individuelle et collective face à la tâche, le développement systématique d’habilités sociales, la promotion d’interactions simultanées en groupes hétérogènes restreints, une réflexion critique sur les processus (3). » En plus d’un désir de changement de la société en profondeur, à travers une approche coopérative, ce type d’enseignement prépare les élèves, dès leur plus jeune âge, à développer un esprit d’entrepreneuriat coopératif, qu’ils pourront mettre en application dans leur future vie professionnelle. Cet article présente l’éducation coopérative dans son ensemble au Costa Rica, via un bref historique, et la description des acteurs et de leur rôle dans ce système d’enseignement. Une fois ces outils et ces connaissances en main, nous nous pencherons sur l’organisation de cet apprentissage, inexistant en France jusqu’à présent (4).
Numéro de revue: 
334
Année de publication: 
2014
Auteur(s): 
Clémentine Charruau

Henri Desroche aurait cent ans

Le centenaire de la naissance d’Henri Desroche est l’occasion de se plonger une nouvelle fois dans son oeuvre immense et complexe. Dans le présent article, nous proposons de donner un cadre général de compréhension de cette oeuvre, en vue de faciliter le travail du lecteur qui souhaite la découvrir. Deux propositions principales sont avancées. La première est que les faits abordés par cette oeuvre peuvent être regroupés en trois ensembles principaux : le fait religieux, les pratiques sociales et l’éducation des adultes. La seconde est que l’oeuvre de Desroche a deux expressions : théorique, à travers la production d’ouvrages, et pratique, à travers la fondation d’entreprises, et que chacune n’est compréhensible qu’à condition d’être articulée à l’autre. Cette contribution conclut sur l’actualité de l’oeuvre d’Henri Desroche, en rappelant la défi nition qu’il donna de l’économie sociale.
Numéro de revue: 
334
Année de publication: 
2014
Auteur(s): 
Jean-François Draperi

« Fab labs », « makerspaces » : entre innovation et émancipation ?

Dans le sillage d’une image médiatique de communautés de bricolage high-tech, « fab labs » et « makerspaces » sont fréquemment regardés par le prisme de l’innovation. Cet article propose de montrer qu’une telle vision, plutôt technico-économique, est insuffisante et qu’il est possible de les
aborder avec un autre regard, plus attentif à leurs potentialités sociopolitiques. Ces lieux ouverts, qui permettent d’accéder à des capacités de fabrication à partir d’équipements sophistiqués, souvent numériques, paraissent en effet pouvoir incarner des courants de réflexion cherchant des voies d’émancipation avec les développements technologiques. « Fab labs » et « makerspaces » méritent donc d’être analysés, notamment sous l’angle des capacités qui semblent redistribuées, des formes de remise en cause de l’ordre industriel qu’ils tendent à porter et des dynamiques qui peuvent être favorables au développement de cette nouvelle forme d’ateliers.

Numéro de revue: 
334
Année de publication: 
2014
Auteur(s): 
Yannick Rumpala

La question de la dégénérescence dans les coopératives de production

Après une évaluation critique des propositions sur la dégénérescence, l’article met l’accent sur l’idéologie organisationnelle comme élément structurant de la coopérative de production. Cela nous amène à qualifier cette dernière comme un type particulier d’organisation missionnaire, dont il faut analyser les caractéristiques, afin d’identifier les principes et les dispositifs organisationnels qui permettent d’assurer sa pérennité tout en respectant ses principes alternatifs d’organisation, maîtrisant ainsi la tendance vers la dégénérescence.

Numéro de revue: 
334
Année de publication: 
2014
Auteur(s): 
Leonidas Maroudas et Yorgos Rizopoulos

Le rôle des coopératives à la lumière de l’expérience argentine

Cet article présente une réflexion sur le rôle des coopératives à la lumière des expériences qui ont eu lieu en Argentine au cours des deux dernières décennies. Il analyse l’émergence du phénomène des entreprises récupérées lors de la crise, sévère, du début du xxi e siècle, ainsi que diverses stratégies qui, depuis 2003, ont recouru à la formule coopérative dans l’objectif de favoriser l’insertion et de réduire la pauvreté. Enfin, il souligne, d’une part, le rôle des entreprises récupérées à la lumière du mouvement de « protection sociale » et, d’autre part, les difficultés et les contraintes de celles qui ont été créées par des plans gouvernementaux. L’auteure vise à rendre compte du sens et de la légitimité propres à ce type d’organisations face au risque de perte d’autonomie qui peut découler de l’intervention de l’Etat dans ce domaine.
Numéro de revue: 
334
Année de publication: 
2014
Auteur(s): 
Mirta Vuotto

Pages