La démutualisation des coopératives financières

Année de publication:
 1999
Numéro de revue: 

Auteur(s)

Etienne Pflimlin

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Etienne Pflimlin, président du Crédit mutuel (France), met
au jour les intentions réelles des tenants de la "démutualisation" et démontre les avantages de l'impartageabilité des réserves pour l'économie nationale et l'emploi. A ses yeux, les partisans de la démutualisation visent le démantèlement des coopératives financières actuellement prospères en vue d'une appropriation spéculative par un petit noyau d'initiés, tandis que les coopératives participent aujourd'hui à un développement raisonné et durable de la société. Si les protections juridiques qui existent en France (comme en Allemagne) sont absolument nécessaires, elles sont bien insuffisantes face au risque de banalisation qui est en fait le véritable défi qu'affrontent les coopératives. Besoins toujours plus importants en fonds propres, course à l'accroissement de la clientèle, élargissement de la panoplie des services sont autant de dangers réels pour la coopération, si cette nécessaire croissance n'est pas assortie d'une attention toujours plus grande vers les clientèles modestes, vers le développement de l'emploi et vers la valorisation de la relation de proximité et du développement local.