Signature d’un accord-cadre de coopération en faveur de l’éducation à l’ESS

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Le 13 juin, l’Esper (Economie sociale partenaire de la République), qui regroupe une quarantaine d’organisations du secteur et le ministère de l’Education nationale, ont signé l’accord-cadre annoncé fin 2012  et revendiqué depuis mars 2012 par l'association. On ne peut que s’en réjouir, même si le préambule et les considérants manquent un tantinet de souffle (pas un mot sur l’émancipation collective, ou l’ESS comme transcription dans le monde économique du triptyque républicain Liberté, Egalité, Fraternité) et que le corps du texte reste très prudent quant à la future place de l’enseignement de l’ESS dans les programmes d’éducation économique et sociale.

En effet si l’Esper « peut notamment être associé aux travaux sur les contenus d’enseignements engagés sous l’autorité du Conseil supérieur des programmes », ce dernier reste seul décideur en la matière. « Les signataires travailleront à encourager les actions d’éducation à l’ESS, de la maternelle au lycée », notamment via un travail collectif de recensement, création et diffusion de ressources pédagogiques sur l’ESS à destination des enseignants et personnels d’encadrement et d’orientation. Le texte prévoit ainsi l’introduction de l’ESS dans les parcours d’orientation et de formation au monde économique et professionnel dès la 6e. Cet accord s’inscrit dans le projet de réforme de l’Education nationale (EN) dit « plan Peillon » visant à resserrer les liens entre l’école et l’entreprise. Le projet présenté fin 2012 a été très critiqué par les principaux syndicats de l’EN (voir par exemple FO) en ce qu’il tend à territorialiser le service public d'éducation (les collectivités sont appelées à être cosignataires des contrats d’objectifs des établissements ; projet de transfert des lycées professionnels aux régions…), tout en augmentant les heures de services et en changeant la mission du corps enseignant. « On a longtemps considéré que les entreprises ne devaient pas entrer dans l’école. En réalité, c’est le mercantilisme qui doit en être exclu » conclut le président de l’Esper, Roland Berthilier.

Télécharger l'accord cadre


 

Lire : Demoustier D., Scarlett Wilson-Courvoisier, 2009, "L'enseignement initial de l'ESS : un enjeu stratégique", Recma n°311