Quelques réflexions sur la situation politique en France et les orientations du Collectif des Associations Citoyennes

Le collectif s'est constitué en réaction à la circulaire Fillon dans un contexte où les associations étaient méprisées, et leurs actions combattues par une série de petites mesures hostiles : dispositions fiscales, complexification des procédures, incertitudes juridiques, baisse des financements publics, , etc. Aujourd'hui, avec la mise en place au gouvernement, le climat a radicalement changé. Les premières déclarations ministérielles parlent de reconnaissance de la spécificité associative et du rôle des associations de la société et de concertation. On ne peut que saluer ces premières déclarations, qui contrastent fortement avec l'action du précédent gouvernement. On peut considérer que l'action menée depuis 2 ans par le collectif a été suivie d'effets puisque la plupart des revendications que nous avions posées ont fait l'objet d'annonces de François Hollande pendant sa campagne de déclarations du nouveau gouvernement (voir proposition du mois de février), au moins au niveau des intentions. Cependant, il ne faut pas confondre les intentions et les décisions effectives. La vigilance reste de mise. La mise en place d'une autre politique associative , que le collectif appelle de ses voeux, reste un objectif à concrétiser. Il relève de plusieurs ministères, avec une nécessité de cohérence entre les différentes approches de la réalité associative.

Lire la suite des réflexions de Didier Minot