Projet de rapprochement Coop de France et In Vivo

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Dans un communiqué de presse du 17 janvier, Coop de France et In Vivo (premier groupe coopératif agricole français) annoncent le lancement d’une réflexion d’un projet de rapprochement entre les deux organisations coopératives. Ce projet vise à constituer un cadre commun de la coopération agricole au niveau national, qui serait porté par une gouvernance unique, tout en maintenant bien identifiées les activités économiques (In Vivo) et fédérales (Coop de France). Il devra être finalisé au 30 juin 2011. P. Mangin, Président de Coop de France, cité dans le journal Les Echos (18 janvier) a expliqué que le projet vise à « renforcer l’expression politique de la coopération agricole en direction des pouvoirs publics européens, avoir des fenêtres à l’étranger et multiplier les expertises sur les dossiers.»

La FNCuma pense que ce projet peut améliorer la compétitivité des filières, mais s’interroge sur la place qui restera aux coopératives locales comme les Cuma. « Le dynamisme de la coopération agricole dépend de sa réussite économique, certes ! Mais, n'oublions pas sa diversité et les hommes qui la composent » affirme Stéphane Gérard, président de la FNCuma.

Source : CoopFr