Pouvoir des femmes dans les coopératives et écarts de salaire

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

La IV e édition de la Semaine de l’égalité professionnelle, qui s’est tenue du 3 au 9 octobre, a été l’occasion de rappeler l’écart persistant entre les situations des hommes et des femmes au travail. Les femmes restent très souvent à des postes fonctionnels qui ne mènent pas à la direction.
Bien que des études révèlent que la mixité professionnelle, et notamment de genre, est porteuse de performances, les dirigeantes sont toujours quasi absentes parmi les dirigeants, à l'exception des sociétés coopératives et participatives (Scop). Au service de ces dernières, une entreprise sur quatre est dirigée par une femme, selon une étude du Mouvement Scop publiée en mars 2015. Ainsi, 25 % des coopératives sont dirigées par une femme, soit 7 points de plus que les entreprises classiques en France, selon l’Insee.
La gouvernance particulière des sociétés coopératives semble ouvrir une faille dans le phénomène du plafond de verre. La participation des salariés à la définition de leur politique et de leur gestion permet aux femmes de s’insérer plus naturellement danscertains circuits économiques. Le partage du pouvoir allant de pair avec celui des profits entre les salariés, les associés et les réserves de l’entreprise, les écarts de salaire entre les femmes et les hommes sont moins importants dans les Scop.