"Peut-on naviguer sans gouvernail? La gouvernance et les indicateurs d’évaluation dans les entreprises publiques et d’économie sociale", Colloque Ciriec Canada, 6-7 mai 2013, appel à communications jusqu'au 25 janvier

Le colloque 2013 du CIRIEC-Canada (colloque 458) se tiendra dans le cadre du 81 e Congrès de l’Association francophone pour le savoir.  Date limite de remise des propositions de communication: 25 janvier 2013. Thème : Peut-on naviguer sans gouvernail? La gouvernance et les indicateurs d’évaluation dans les entreprises publiques et d’économie sociale 

La mise en œuvre des décisions relève d’un paradoxe. Décider seul en mode hiérarchique permet d’agir rapidement mais le suivi est plus incertain. Dans le mode partagé, l’idée d’origine peut être diluée mais la mise en œuvre plus acceptée et mieux réussie. C’est l’essence de la gouvernance, une prise de décision partagée dans l’espoir de faire plus dans un monde où la légitimité est partagée. On peut aussi penser qu’elle sera plus démocratique selon les organisations où on se trouve.

La prise de décision se fait sur la base d’informations utiles. Or, l’information jugée pertinente peut être différente selon les valeurs et points de vue des parties concernées (internes, externes), toucher différents aspects de la performance (économique, sociale, environnementale), se référer à différentes temporalités, et concerner différents intérêts (particuliers, collectifs, général). Les questions de gouvernance et d’évaluation sont donc intrinsèquement liées (Perret, 2001 ; Bouchard, 2009).

La prise de décision conjugue toujours la distribution du pouvoir (qui décide de quoi ?) et l’évaluation (sur quelle base justifie-t-on la décision?). La gouvernance met en rapport les parties prenantes au sein d’organisations qui réduisent les coûts de transaction liés à la recherche et au traitement de l’information (Coase, Williamson). Dans les organisations collectives (publiques et d’économie sociale), cet enjeu se traduit dans les relations gouvernance-direction, ainsi que dans des pouvoirs confiés aux comités et employés. La gouvernance, c’est aussi l’affaire de parties prenantes externes, notamment au sein de réseaux conviant une pluralité d’acteurs (privés, publics, d’économie sociale) (Cornforth 2012) reliés au sein de divers périmètres de solidarité (Monnier et Thiry 2000). Ceux-ci favorisent la conjugaison des intérêts particuliers et collectifs dans une vision construite de l’intérêt général (Bernier, Bouchard et Lévesque 2008; Enjolras 2008). Les entreprises collectives disposent ainsi de structures de pouvoir et d’évaluation différentes des autres entreprises, leur finalité mettant les parties prenantes au cœur des processus décisionnels – par voie de démocratie directe ou représentative – et des mécanismes évaluatifs – par voie de participation (volontaire) et de vérification (obligatoire).

Les notions de gouvernance et d’évaluation sont d’habitude traitées séparément. Ce colloque propose de les mettre en relation. Suivre le fil de la gouvernance jusqu’aux indicateurs permet de pousser plus loin la réflexion sur la gouvernance, et de jeter un regard neuf sur le caractère politique et social – et non simplement technique – de l’évaluation.

Un premier atelier fera un retour sur la notion de gouvernance. Quels enjeux dans le contexte actuel ? Quel lien entre gouvernance des organisations et gouvernance des réseaux? Le champ des entreprises publiques et d’économie sociale est-il fertile pour mieux comprendre le sens de la gouvernance aujourd’hui ?

Un deuxième atelier portera sur ses déclinaisons pratiques de la gouvernance dans les entreprises collectives. Quel est l’état de la gouvernance aujourd’hui? Quels sont les enjeux qui se posent? Comment envisage-t-on l’avenir ?

 Le troisième atelier portera sur les indicateurs. Est-ce que l’information disponible permet de prendre les bonnes décisions ? Qu’en est-il de la triple reddition de comptes ? Quels sont les indicateurs à privilégier ? Quelles sont les méthodes qui permettent de conduire des évaluations robustes et fondées par les besoins des parties concernées ? En d’autres mots, comment vit-on les exigences de la gouvernance en matière d’information.

Un quatrième atelier, organisé conjointement avec le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), portera sur la thématique de la co-construction des connaissances et sur le transfert entre universités et milieux des entreprises collectives, un champ de pratiques particulièrement développé au CIRIEC-Canada.

Nature des contributions attendues

Aborder un ou plusieurs des questionnements soulevés précédemment. Les contributions provenant de disciplines diverses sont encouragées. 

À noter que lors du colloque, les présentations orales ne devront pas excéder 20 minutes.

Les propositions de communication doivent comporter les renseignements suivants: 1) Nom, statut universitaire, coordonnées complètes et institution d’attache 2) Le titre de la communication 3) Un résumé de 400 mots maximum, en format Word 4)

Les propositions de communication doivent être transmises au plus tard le vendredi 25 janvier 2013, par courrier électronique

  Pour tout autre renseignement, veuillez communiquer avec Suzanne Poirier