L’Orne teste une nouvelle formule d’accueil solidaire des personnes âgées

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

D’un côté, des Ehpad saturés, dont le personnel était en grève en janvier et mars 2018 pour réclamer de meilleures conditions de travail. De l’autre, une start-up solidaire et une initiative du département de l’Orne à suivre de près, car elle propose une solution alternative d’accueil des personnes âgées au sein de familles du département. Pour mieux traiter les personnes en fin de vie au sein des Ehpad, leur prodiguer des soins et des services de qualité, il faudrait en effet améliorer les conditions de travail des professionnels. Mais cela impliquerait d’augmenter les tarifs d’hébergement, qui s’élèvent déjà à 3 000 euros par mois en moyenne, ou d’obtenir des subventions supplémentaires de l’État. Par ailleurs, les places manquent : on compte en France
1,3 million de personnes âgées dépendantes pour seulement 600 000 places en maison de retraite. La voie retenue par l’Orne représente donc une solution à mi-chemin entre le maintien de la personne âgée à son domicile et l’accueil collectif.
La start-up CetteFamille, créée il y a deux ans, joue le rôle de tiers de confiance entre le département, les familles agréées pour l’accueil et les personnes âgées en quête de solution (le contrôle reste en effet une des prérogatives du département, comme sa mission régalienne d’agrément des familles d’accueil). L’idée est de créer du lien et des solutions à proximité des lieux de vie des personnes concernées. L’impact financier semble très favorable : l’hébergement dans une famille coûte moitié moins cher qu’une place en maison de retraite.
Reste à vérifier l’impact de cette formule sur le moral et la qualité de vie des bénéficiaires de ce dispositif, qui est une première à l’échelon national...