L’innovation sociale en contexte d’austérité - Rimouski (Québec) 26-27 mai 2015 - Appel à communication 16-02-15

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

L’innovation sociale en contexte d’austérité,

Colloque organisé par le Centre de recherche sur les innovations sociales

Congrès de l’ACFAS, colloque scientifique # 633

26 et 27 mai 2015

Université du Québec à Rimouski, Rimouski (Québec)

La crise économique mondiale de 2008 reste gravée dans nos mémoires. Certains ont sans doute rêvé, suite à cette débâcle financière, de voir le néolibéralisme s’effondrer ou, du moins, adopter des mécanismes pour limiter les dégâts sociaux associés à son fonctionnement. Depuis, on a plutôt observé que de nombreux gouvernements ont adopté des mesures d’austérité énergiques pour atteindre l’équilibre fiscal à tout prix, soit le leitmotiv des réformes d’inspiration néolibérales. Le Québec s’est aussi engagé dans cette voie. Dans ce cas, les coupures et restructurations mises en œuvre auront un effet certain sur des éléments importants du « modèle québécois », notamment la participation de la société civile à la prise de décisions, les instances de concertation, l’universalité des services publics, les mécanismes de redistribution de la richesse et la place de l’économie sociale. Sans chercher à s’étendre sur les raisons et sur les mécanismes qui ont mené aux mesures énoncées, ce colloque s’intéressera à l’effet de l’actuelle vague de réformes sur la capacité des acteurs sociaux, économiques et gouvernementaux de raviver la flamme de l’innovation sociale qui a animé le démarrage de la Révolution tranquille et les profondes transformations qui eurent lieu lors des années 1980.

Les organisateurs invitent la communauté scientifique à soumettre des propositions de communication sur la place et les objectifs de l’innovation sociale ainsi que de ses effets possibles dans ce nouveau contexte et, plus particulièrement, sur les questions suivantes :  Quels sont les impacts des politiques d’austérité sur la capacité des acteurs de la société civile à formuler et résoudre les problèmes sociaux ? Quels rôles peuvent jouer l’économie sociale, le secteur public, le secteur communautaire et les acteurs territoriaux ? Le contexte de l’austérité génère-t-il une nouvelle vague d’innovations sociales au Québec et ailleurs ? Dans quelle mesure ces innovations sont-elles positives ?Que peut-on apprendre des initiatives qui ont récemment eu lieu en Europe ? En Amérique latine ? Ailleurs ? Quelles sont les actions menées par les acteurs sociaux afin d’accroître leur capacité à assurer le bien commun et la qualité de vie des citoyens ? Comment poursuivre le développement des territoires malgré la suppression ou la « réorganisation » d'organisations qui ont été au cœur du leadership local ? Est-ce qu’il y a des formes de résilience qui peuvent se développer différemment selon les configurations socioéconomiques des territoires ? Entre milieux urbains et zones rurales par exemple ?

Veuillez transmettre votre proposition de communication (format Word) à : bussieres.denis (@) uqam.ca, en incluant dans votre proposition :

  • Titre (maximum 180 caractères, espaces comprises)
  • Résumé (maximum 1 500 caractères, espaces comprises)
  • Auteur (prénom, nom, statut, affiliation, courriel, coordonnées)
  • Co-auteur(s) s’il y a lieu

Les communications retenues par le comité scientifique prendront la forme de présentations orales d’une quinzaine de minutes, mais certaines personnes pourraient être invitées à contribuer à des débats sous forme de table-ronde ou de panel. L’inscription au 83ème Congrès de l’Acfas est obligatoire et les frais ne sont pas assumés par les organisateurs du colloque.

APPEL À CONTRIBUTIONS

Date limite pour soumettre une proposition : 16 février 2015

Dates importantes : 16 février 2015 Limite pour déposer une proposition de communication

25 février 2015 Transmission des avis d’acceptation ou de refus

12 avril 2015 Limite pour profiter du tarif préférentiel d’inscription

Responsable : Juan-Luis Klein klein.juan-luis@uqam.ca

Co-responsable : Marco Alberio marco_alberio@uqar.ca