L’essor des dons d’entreprise et de salariés

Fin 2017, le réseau Recherches et Solidarités a publié son 22 e baromètre de la générosité des particuliers. Premier constat : les donateurs français sont moins nombreux. Ainsi, l’étude révèle une baisse de 4 % du nombre de foyers ayant déclaré un don à une association en 2016. Un recul significatif après les hausses remarquées en 2014 (+ 7,2 %) et 2015 (+ 3,7 %). C’est le premier ralentissement aussi net depuis les grandes grèves de 1995. En revanche, le baromètre indique une hausse du don moyen de 5 %, chaque donateur ou  chaque foyer donateur ayant versé en moyenne 472 euros à une ou plusieurs associations. Autre chiffre encourageant : celui de l’effort des plus jeunes. Les moins de 30 ans ne représentent que 4 % des donateurs mais offrent déjà, en moyenne, 335 euros par an.

Parallèlement, d’autres analyses pointent une tendance nouvelle : les entreprises sont de plus en plus nombreuses à faire des dons. Leur nombre a doublé en cinq ans, selon deux mécanismes distincts : certaines offrent une part de leurs bénéfices, d’autres incitent leurs employés à faire un don prélevé sur leur salaire. Les dons effectués par les salariés deviennent alors un projet d’entreprise, ils sont déductibles d’impôts à 66 % pour les particuliers et à 60 % pour les sociétés. Ce mécénat d’entreprise, en pleine expansion, a permis de récolter 3 milliards d’euros en 2016 (contre 2,49 milliards d’euros pour les dons de particuliers sur la même période).

Lisa Telfizian