L’emploi en économie sociale au Québec

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Les 6284 entreprises d’économie sociale du Québec emploient plus de 94900 personnes. Ces entreprises génèrent au-delà de 4,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Les entreprises d’économie sociale sont partout sur le territoire. Elles touchent 27 secteurs d’activité, de la coupe d’arbres à l’aide domestique en passant par les services funéraires et le tourisme. 

42 % des organisations interrogées lors de l’enquête nationale Les Repères (2012) du CSMOÉSAC ont eu du mal à pourvoir des postes au cours des trois dernières années. Les professions et les métiers pour lesquels il est le plus ardu de trouver des travailleurs sont : animateur, intervenant, éducateur, directeur général et coordonnateur, secrétaire, réceptionniste, adjoint administratif, agent de bureau, préposé, cuisinier, chargé de projet et responsable de programme.

Toujours selon cette enquête, 27 % des organisations envisageaient l’embauche de deux personnes, en moyenne, au cours de l’année 2012, soit pour remplacer un employé ou suivant la création de nouveaux postes. Même s’il n’y a pas encore de données disponibles pour 2014, les départs à la retraite risquent de générer d’autres besoins.

Plus de la moitié (58 %) des gestionnaires d’entreprises d’économie sociale se disent préoccupés par les enjeux relatifs à la relève. La majorité d’entre eux estime que la vague de départs à la retraite frappera en 2016. Afin d’atténuer le choc, les gestionnaires favorisent le maintien au travail des employés de 50 ans et plus, dans la majorité des cas.

L’embauche d’immigrants est également envisagée par plusieurs. Parmi les organisations qui ne comptent pas encore d’employés issus de l’immigration, une sur quatre (27 %) prévoit recruter de nouveaux arrivants afin de remplacer les personnes qui prendront leur retraite.