L’Education nationale resserre ses liens avec l’ESS

Voilà quatorze ans, la Semaine de la coopération à l’école était créée, portée par l’OCCE (Office central de la coopération à l’école) et Coop FR. Objectif : sensibiliser les enfants à l’action collective sous-tendue par les valeurs d’égalité, de solidarité, de démocratie, d’engagement pour un collectif... L’Esper (Economie sociale partenaire de l’école de la République), qui fédère quarante-six organisations (associations, mutuelles, coopératives et syndicats) œuvrant dans le monde de l’éducation, de la maternelle à l’université, a rejoint les cofondateurs de l’événement. Celui-ci bénéficie désormais d’un nouveau nom, « Semaine de l’ESS à l’école », ainsi que du soutien du ministère de l’Éducation nationale et du secrétariat d’État en charge de l’ESS. De fait, la première édition de cette opération a été menée du 13 au 20 mars dans l’enseignement primaire et secondaire, c’est-à-dire de la maternelle au lycée. Une centaine d’initiatives ont été recensées un peu partout en France. Une valorisation de l’économie sociale et solidaire dont le bilan devrait être établi dans les prochains mois, avec une analyse plus fine de l’usage fait par les enseignants des ressources pédagogiques mises à leur disposition, ainsi que de l’impact de l’opération auprès des  enfants et de leurs familles. En parallèle, « Mon ESS à l’école », projet initié en 2016 conjointement par l’Esper et le Conseil national éducation économie, est en cours d’expérimentation dans cinq régions. L’opération s’adresse cette fois aux élèves de collège et lycée qui pourront créer en classe une véritable « entreprise » de l’ESS, qu’il s’agisse d’une association, d’une mutuelle ou d’une coopérative.