L’économie circulaire veut faire la part belle aux initiatives de l’ESS

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Fin septembre, Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a présenté sa feuille de route sur l’économie circulaire, qui s’intègre au Plan climat du quinquennat. La secrétaire d’Etat et son ministre de tutelle ambitionnent de « réconcilier l’économie et l’écologie », c’est-à-dire de réduire les émissions de CO 2 tout en créant des emplois.

A cette occasion, la secrétaire d’Etat a insisté sur sa méthode : la feuille de route s’appuiera en grande partie sur les initiatives locales de l’ESS, qu’il s’agisse de « ressourceries », d’association de tri, d’entreprises innovantes de l’ESS, etc. La feuille de route devrait donc recenser des pratiques concrètes qui ont montré leur efficacité et proposer des dispositifs pour les étendre à l’échelle nationale.
Par ailleurs, une plateforme collaborative sera lancée fin octobre pour recueillir les attentes et propositions des citoyens en matière d’économie circulaire. Dans le même esprit participatif, un hackathon (concours de programmeurs informatiques)  sera organisé par le ministère et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) afin de faire émerger de nouvelles analyses des données sur les déchets produits en France.