La résurrection des obsèques mutualistes ?

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Dans un paysage mutualiste qui semble par trop unifié quant à la gestion de la complé­mentaire santé, c’est à la marge que se distinguent les initiatives originales proposant des services utiles aux adhérents, tel le lancement, par le groupe MGEN, Harmonie mutuelle et Mutac, d’un réseau funéraire mutualiste alternatif au réseau de pompes funèbres. Ces opérateurs mutualistes entendent ainsi garantir le prix des prestations et la qualité du service, dans des circonstances où l’état de deuil rend les familles particulièrement vulnérables. C’est ainsi que se trouve réactivée une pratique solidaire en usage dans les sociétés de secours mutuels, jusqu’à ce que la loi de décembre 1904 octroie le monopole de l’organisation des pompes funèbres aux communes.

L’abrogation de cette loi en 1993 ayant rétabli pour chacun le libre choix de l’opérateur funéraire, certains organismes, notamment dans le réseau de la Fédération des mutuelles de France, ont pris des initiatives en ce sens dès le milieu des années 90. Il est donc temps que la mutualité se positionne à nouveau en concurrent vertueux des entreprises de pompes funèbres, dont les abus tarifaires sont fréquents... même si l’époque des cortèges funéraires rassemblés derrière le corbillard et la bannière de la société est définitivement révolue.

Patricia Toucas-Truyen