La coopérative Sodiaal face à la crise laitière

La coopérative Sodiaal, qui rassemble 20 000 des 60 000 producteurs laitiers français, occupe le huitième rang des coopératives françaises. Propriétaire des marques Candia, Entremont et Yoplait, elle est aussi la troisième coopérative laitière européenne et la cinquième mondiale. En dépit (ou à cause) de cette prospérité, elle a dû faire face à la grogne des producteurs très malmenés par la chute des cours du lait qui a suivi la fin de la politique européenne des quotas laitiers en avril 2015. En juin dernier, les producteurs-coopérateurs ont bloqué le siège de Sodiaal à Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, pour demander une révision à la hausse des tarifs de la coopérative, accusée d’être trop pingre à l’égard de ses adhérents.
En signe d’apaisement, l’assemblée générale de juin a décidé de redistribuer 25 millions d’euros aux producteurs. Cependant, au-delà de la question du prix auquel la coopérative achète le lait à ses adhérents, ces tensions traduisent le fossé qui s’est creusé entre les coopérateurs et les responsables censés les représenter. Une réforme de la gouvernance semble nécessaire pour que tous les acteurs puissent réinvestir la
coopérative qui est leur propriété commune.
Telle est d’ailleurs l’analyse des chercheurs Xavier Hollandts et Bertrand Valiorgue, auteurs du Référentiel pour une gouvernance stratégique des coopératives agricoles (Document de septembre 2016, consultable en ligne : Ref coopagri.org).