La CGT de Goodyear veut créer une Scop pour sauver le site d'Amiens

Toute la Recma

  • 2010
    • 2018
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Les délégués CGT de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord (Somme), accusés ces dernières semaines d'avoir provoqué par leur intransigeance la fermeture du site, devaient annoncer, mardi 26 février, leur intention de créer une Société coopérative et participative (Scop), afin de sauver une partie de l'activité du fabricant américain de pneus. "Nous allons demander à la direction de Goodyear que les salariés puissent reprendre à leur compte la production de pneus agricoles", précise Mickaël Wamen, le leader controversé de la section locale du syndicat. "Cette activité est en effet très rentable et n'a aucune raison de fermer", ajoute-t-il.  Goodyear se porte bien et n'a aucune raison de fermer l'usine d'Amiens-Nord, selon la CGT. Selon la CGT, cette reprise en Scop pourrait permettre de sauver environ 800 emplois sur les quelque 1 200 que compte encore l'usine.

Lire l'intégralité de l'article de Cédric Pietralunga, avec Francine Aizicovici, pour le Monde