Colloque "Les organisations de l'ESS: laboratoire du bien-être ?", Nantes 28-29 nov 2013, appel à communications jusqu'au 15 mai

Organisé par le Réseau grand ouest de Recherche en Économie Sociale et Solidaire (RgoRESS) pour le CPER 10 LLSHS des Pays de la Loire, un colloque propose de travailler sur les organisations de l'ESS "laboratoire du bien-être". Les propositions de communications sont attendues pour le 15 mai 2013.

Lancé en 2007, le Contrat de Projet État Région Pays de la Loire en Lettres, Sciences Humaines et Sociales (CPER 10 LLSHS) regroupe des enseignants-chercheurs des Universités de Nantes, Angers et du Mans autour de deux grands axes de travail : Patrimoine, langages, éducation, apprentissages (Axe 1) ; Espaces, environnement, cadres de vie (Axe 2). Depuis 2008, un axe transversal est développé au sein de ce réseau : le bien-être.

Quatre colloques ont été organisés par le CPER 10 LLSHS autour cet axe : « Développement territorial et bien-être des habitants » (le 26 septembre 2008 à Durtal), « Culture, lien social et bienêtre » (le 27 mars 2009 à Nantes), « Mieux être, santé et territoires » (le 18 septembre 2009, à Ancenis) et « Les âges de la vie et le bien-être : des modèles possibles ? » (19 et 20 mai 2011, au Croisic). Lors de ces quatre manifestations, diverses dimensions du bien-être ont été discutées, mettant en exergue toute la richesse de cette notion.

Le prochain colloque du CPER 10 LLSHS sera consacré aux relations entre le bien-être des populations, dans toutes ses dimensions, et l'économie sociale et solidaire (ESS), dans toute sa diversité, voire ses ambiguïtés.

Ce rapprochement entre ESS et bien-être apparaît d'autant plus pertinent que l'on se réfère à l'histoire. L'économie sociale, telle qu'elle se développe au 19ème siècle, et définie par Charles Gide comme « l’étude de tous les efforts tentés pour élever la condition du peuple », apparaît comme une source féconde d’innovations sociales dont certaines se sont révélées éphémères et maladroites et d’autres réussies et durables. Sur la base de cette ambition initiale de « faire société autrement », l'objectif du colloque est d'interroger les organisations de l’ESS au regard de leurs projets, leurs modalités de fonctionnement, leurs choix de gouvernance, leur rôle social, tant vis à vis de leurs usagers ou bénéficiaires que de leurs bénévoles et salariés, au prisme de cette notion de « laboratoire du bienêtre ».

Qu'en est-il aujourd'hui, alors que la crise économique est passée par là, imposant à ces organisations des adaptations plus ou moins marquées aux contraintes du marché ? Comment les organisations de l'ESS ont-elles fait vivre, évoluer ces valeurs fondatrices qui apparaissent parfois aujourd'hui aussi indispensables que difficiles à tenir ? Qu'en est-il des arbitrages entre fonctions de réparation et fonctions de transformation de la société ?

L'ESS est ici entendue dans une acception large, qui ne se contente pas d’une référence aux seuls statuts juridiques (association, mutuelle, coopérative, fondation) mais entend prendre en compte l'ensemble des organisations qui sont engagées dans des activités économiques et sociales et combinent quelques caractéristiques fondamentales : la soumission volontaire à des règles limitant ou interdisant la distribution des excédents, l’autonomie dans leur gestion, la référence aux personnes et non au capital dans leur processus décisionnel et la répartition de leurs excédents.

Les propositions de communications sont attendues de toutes les disciplines des SHS, mais également des disciplines hors SHS comme l'agronomie, et sur l'ensemble des champs d'intervention des organisations de l'ESS : de l'insertion à la culture et aux loisirs, de la santé et la qualité de vie à toutes les configurations du « prendre soin » aux différents âges de la vie, de la justice sociale aux formes alternatives d'habitat, de l'agriculture à la solidarité internationale … aucun domaine d'activité n'est a priori écarté. Les questions pourront être envisagées aussi bien sous l'angle du travail (bénévole ou salarié) que de la gouvernance, du genre, de la construction des territoires, de l’impact de l’activité sur les publics concernés et des indicateurs pertinents d'évaluation, etc.

Les communications devront être présentées en français, mais les propositions sur des expériences internationales seront les bienvenues. Enfin, elles devront répondre au critère de construction et présentation conjointe : chercheur(e) et acteur/actrice de la société civile. Dans le cadre de ce colloque, des conférences plénières et des ateliers thématiques seront programmées. Comme lors des quatre premières manifestations, les ateliers réuniront enseignants-chercheurs et acteurs sociaux, permettant ainsi de nombreux échanges.

Nous vous accueillerons durant ces deux jours dans le cadre magnifique des Jardins de l’Anjou à La Pommeraye. Un hébergement est prévu sur place pour les participants, dans l’ordre des inscriptions. Les frais d’inscription pour ce colloque sont de 40 € pour les enseignants-chercheurs et les professionnels et de 20 € pour les étudiants. Ces tarifs comprennent les frais d’inscription, de restauration et d’hébergement pour les deux jours.

Comité scientifique :

CPER 10 LLSHS Pays de la Loire :

  • Agnès Florin (Pr. de Psychologie de l’enfant et de l’éducation, CREN, Université de Nantes)
  • Evelyne Barbin (Pr. d'Histoire des Sciences, CFV, Université de Nantes)
  • Martine Long (Pr. de Droit, DCS, Université d’Angers)
  • Jean-Baptiste Humeau (Pr. de Géographie, ESO-CARTA, Université d'Angers)
  • Nadine Vivier (Pr. d'Histoire, CERHIO, Université du Mans)
  • Solène Mainterot (IGE CPER 10 LLSHS)

Membres du Réseau Grand Ouest de Recherche en Économie Sociale et Solidaire

  • Érika Flahault (MCF en sociologie, ESO, Université du Maine)
  • Annie Dussuet (MCF en Sociologie, CENS, Université de Nantes)
  • Damien Rousselière (MCF en Économie, GRANEM, Agrocampus)
  • Patricia Toucas-Truyen (Chercheuse en Histoire, CeRESS, ESSCA Angers)
  • Emmanuel Bioteau (MCF en Géographie, ESO, Université d’Angers)
  • Éric Bidet (MCF en Sciences de Gestion, GAINS, Université du Maine)

 

Les propositions de communication sont à adresser avant le 15 mai 2013 à Solène Mainterot : solene.mainterot@univ-nantes.fr