Associations : digérer la loi ESS, en attendant le "choc de clarification"

Toute la Recma

  • 2010
    • 2017
    • 2016
    • 2015
    • 2014
    • 2013
    • 2012
    • 2011
    • 2010
  • 2000
    • 2009
    • 2008
    • 2007
    • 2006
    • 2005
    • 2004
    • 2003
    • 2002
    • 2001
    • 2000
  • 1990
    • 1999
    • 1998
    • 1997
    • 1996
    • 1995
    • 1994
    • 1993
    • 1992
    • 1991
    • 1990
  • 1980
    • 1989
    • 1988
    • 1987
    • 1986
    • 1985
    • 1984
    • 1983
    • 1982
    • 1981
    • 1980
  • 1970
    • 1979
    • 1978
    • 1977
    • 1976
    • 1975
    • 1974
    • 1973
    • 1972
    • 1971
    • 1970
  • 1960
    • 1969
    • 1968
    • 1967
    • 1966
    • 1965
    • 1964
    • 1963
    • 1962
    • 1961
    • 1960
  • 1950
    • 1959
    • 1958
    • 1957
    • 1956
    • 1955
    • 1954
    • 1953
    • 1952
    • 1951
    • 1950
  • 1940
    • 1949
    • 1948
    • 1947
    • 1946
    • 1945
    • 1944
    • 1943
    • 1942
    • 1941
    • 1940
  • 1930
    • 1939
    • 1938
    • 1937
    • 1936
    • 1935
    • 1934
    • 1933
    • 1932
    • 1931
    • 1930
  • 1920
    • 1929
    • 1928
    • 1927
    • 1926
    • 1925
    • 1924
    • 1923
    • 1922
    • 1921
    • 1920

Tenu le 22 octobre à Paris, le Forum national des associations et fondations a donné l'occasion à Patrick Kanner, ministre notamment en charge de la vie associative, de préciser ses orientations et son agenda. Soucieuses de la préservation des crédits qui leur sont dédiés, les associations sont en attente de simplification, mais surtout de clarification, jugée indispensable pour leur permettre de saisir les nouvelles possibilités introduites par la loi ESS.

"Je veux être le ministre de la reconnaissance et de la stabilisation du secteur associatif." Intervenant le 22 octobre au Forum national des associations et fondations, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, a exposé sa conception de son propre rôle vis-à-vis des associations et apporté des précisions sur ses moyens et son agenda. L'ancien président du conseil général du Nord a considéré qu'il n'était pas le seul ministre en charge de la vie associative, mais que tous les ministres ainsi que tous les chefs d'exécutif locaux partageaient avec lui cette responsabilité. "Ma fonction", a-t-il expliqué, consiste à favoriser la "reconnaissance" du secteur, à "interpeller mes autres collègues". "Je ne me considère pas comme un guichet de financement, mais un fixeur de cap", a-t-il encore déclaré. 

Lire l'article complet sur le site Localtis.