Agreenium et Coop de France partenaires pour des Moocs

A l’occasion du Salon international de l’agriculture 2018, Services Coop de France (l’organisme de formation de la Coopération agricole) et Agreenium (institut regroupant quinze grandes écoles et quatre organismes de recherche en agrobiosciences) ont signé un accord de partenariat afin de développer leur collaboration dans la production de ressources numériques pédagogiques à destination du grand public. Ils ont présenté à cette occasion trois Moocs : « Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) », « Énergie » et « Coopération agricole », les deux premiers étant nouveaux et le troisième abordant sa 3e saison.
Mooc est l’acronyme de « Massive Open Online Course », qui peut se traduire par « enseignement en ligne ouvert au plus grand nombre ». Il est accessible à tous, quel que soit l’âge, la formation initiale ou l’origine géographique de la personne qui s’inscrit. La principale condition est de disposer d’une connexion Internet : les frais d’inscription sont inexistants ou très faibles, comparés à ceux qui sont pratiqués dans le secteur classique. La session de cours s’étend sur une durée déterminée, mais laisse à l’apprenant toute latitude pour visionner à son rythme les cours filmés et mis en ligne, réaliser les exercices demandés, interagir avec les autres participants, accéder à des ressources documentaires, etc.
Dans le cas des Moocs d’Agreenium, il s’agit de mettre en œuvre une offre de formation de qualité en agrobiosciences, accessible à un large public à moindre coût de réalisation. Créé en février 2017, Agreenium compte déjà une vingtaine de Moocs. Quant à Services Coop de France, son objectif, en s’engageant dans ce partenariat, est de proposer des parcours de formation numérique certifiants dans le domaine de la coopération agricole afin de présenter son modèle à des personnes désireuses de mieux comprendre ce secteur d’activité, mais aussi dans une logique de formation continue des adhérents (mise à niveau, par exemple).

Un Mooc déjà rodé pour la coopération agricole
Le lancement de deux nouveaux Moocs renforce une collaboration entamée il y a un de développement s’orientent en diverses directions tenant compte du retour d’expérience du Mooc Coopération agricole. D’une part, il s’agit d’accroître l’impact sur le public et d’améliorer la diffusion des ressources : par exemple, le recours à des sous-titrages, voire l’emploi de la langue anglaise, favoriserait l’accueil d’un plus grand nombre ; il est également possible d’introduire des études de cas pour améliorer les savoirs en situation. D’autre part, il s’agit de valider la reconnaissance académique des Moocs en insérant cette offre de formation numérique dans des parcours diplômants, afin de rendre ceux-ci plus interactifs, modulables, accessibles « à la carte » en fonction des projets de chacun. Par exemple, le nouveau Mooc RSE sera expérimenté comme ressource au sein d’un cours, validant les savoirs et entrant dans la diplomation initiale puis continue. Cette production de ressources numériques co-construites avec les instances académiques devrait élargir les possibilités offertes aux personnes en formation (initiale ou continue).
Enfin, les Moocs participent à la production de parcours combinant pédagogie en ligne et présence en cours, tournés vers l’apprenant et ses besoins de flexibilité. Ils ne se substituent pas aux interactions directes (voir, par exemple, le rôle déterminant joué par les forums et l’animation de la communauté). Ils les accompagnent vers des processus d’apprentissage collaboratif. L’ESS prend d’ailleurs sa part dans cette innovation pédagogique à travers sa plateforme #Faire Autrement (https://enssemble.org.). Ainsi, ces outils constituent autant d’opportunités pour être utilisés sans modération.

Maryline Filippi